L'aviation dans l'entre-deux guerres

                                                         

 

 

CHRONIQUES  DE  LA  VIE  AERIENNE

 EN  RHÔNE-ALPES

 

 

 

L'AVIATION  DANS  L'ENTRE-DEUX  GUERRES

 

 

           

14 mars 1919, un Caudron de l’Aéronautique militaire se pose en catastrophe, faute d’essence, sur la propriété Brossard, à proximité de la colline de La Tour au Chambon-Feugerolles (Loire). A bord de l’appareil, Louis Lheurry, de l’Ecole militaire de Châteauroux, devait rallier Istres. Après avoir été dépanné, il effectua plusieurs passages au-dessus de la localité.

           

5 avril 1919, Henri Roget à bord d'un Breguet XIV A2 relie Bron à Rome en 7 heures avec du courrier.

 

21 avril 1919, Jules Vedrines et son mécanicien Marcel Guillain à bord du Caudron C 23 BN 2, n° 2, baptisé « La Cloche » décollent du terrain de Villacoublay à 6 heures du matin, pour un raid de Paris à Rome et retour en moins de 48 heures. Les premières heures du trajet se passent sans histoire avec le survol de Dijon, puis en suivant la Vallée de la Saône, ils atteignent Lyon et la Vallée du Rhône. Dans celle-ci un fort vent de Nord perturbe le vol. Vers 10 h 40, l’appareil qui semble connaître quelques difficultés de moteur, se trouve plaqué au sol par une violente rafale, et s’écrase au lieudit « La Fouillouse », près du village de Coinaud, à proximité de Saint Rambert d’Albon (Drôme).

 

6 mai 1919, vers 16 h 30, un appareil Voisin de type B 2 n°3808 s’écrase sur le toit d’un immeuble, près de l’église Saint Pierre, au 33 rue nationale, à Villefranche-sur-Saône (devenu de nos jours n°181). Les deux aviateurs, les frères Murignieux sont retirés morts des débris de l’appareil. Il s’agit de Félix, Léon Murignieux, 25 ans, sergent-major pilote instructeur au Camp d’Avord, né à Lyon 4ème et de Lucien, André, 32 ans, commerçant en chapellerie, né à Lyon 4ème.

 

20 août 1919, six escadrilles de l'Aéronautique militaire, en provenance d'Alsace, qui atterrissent à Bron vont constituer le 5ème Groupement d'aviation.

 

4 septembre 1919, depuis le terrain d'aviation de Bron, l'aviateur Chambaz propose de magnifiques promenades aériennes à bord de son Caudron G 3 pour un prix de 30 à 50 francs.

 

12 novembre 1919, en mars 1919, le gouvernement australien proposa un prix de 10 000 Livres (1 million de dollars en 2015) à l’équipage australien qui réussira de voler d’Angleterre vers l’Australie, soit 11 000 miles. Six équipages participeront à ce raid connu sous le nom de ‘Great Trans-Planet Air Race’.Un de ces équipages est passé à l'aérodrome de Bron. Le 12 novembre 1919, le Vickers Vimy FB 27, immatriculé G-EAOU, venant de Londres après un trajet sous la neige et le froid se pose à Bron. A bord de l'appareil, l'équipage : Capitaine Ross Smith, pilote, et son frère Heith MacPherson Smith, co-pilote, et les deux mécaniciens, Jim Bennett et Wally Shiers qui occupent les postes de mitrailleurs avant et arrière

 

1er janvier 1920, à Bron, le 5ème Groupement d'aviation devient le 5ème Régiment Aérien d'Observation.

 

1920, pendant une vingtaine d'années, les escadrilles d'observation du 35ème régiment d'Aviation, puis de la Base aérienne 105, stationnées sur le terrain de Bron prendront des clichés photographiques du Massif alpin. Sous les ordres de l'officier Fleury Seive, l'adjudant-chef Suspène à la tête d'une équipe d'observateurs-photographes compétents photographiera sous tous les angles les Alpes. Il s'établira une relation avec l'université de Grenoble qui débouchera par l'édition de divers ouvrages, dont 'Les Alpes à vol d'oiseau' et 'Le Mont Blanc aérien'.

 

1er mars 1920, un Farman F 60 piloté par Bossoutrot réalise un vol entre Le Bourget et Bron avec deux passagers et 500 kg de marchandises et sacs postaux.

 

4 mars 1920, chargé alors de promouvoir l'aviation commerciale, le Ministre de la Guerre décide que le terrain d'aviation militaire de Bron serait de ceux sur lesquels les pilotes civils appartenant aux puissances signataires de la Convention de Paris seraient autorisés à atterrir. Le terrain militaire de Bron est ouvert à la circulation aérienne générale, le 4 mars 1920. L'Etat se porte acquéreur de 35 hectares de terrain sur la commune de Chassieu, en contigu du terrain occupé par l'aéronautique militaire implantée sur Bron, en vue de l'extension de l'aire d'atterrissage et de la construction d'une infrastructure aéroportuaire.

 

juin 1920, en cours d’après-midi, un appareil militaire venant de Bron, avec deux hommes à bord, est obligé d’atterrir entre Reyrieux et Parcieux (Ain), suite à une avarie de moteur. Les deux aviateurs sont légèrement commotionnés, et l’appareil démonté pour être ramené à Bron.

 

25 novembre 1920, création de la station météo de Bron par l'Office National de la Météorologie. (1921-1945), qui fait suite au Bureau Central Météorologique (1878-1921)

 

décembre 1920, création de l'Union Lyonnaise des Combattants de l'Air (ULCA), siège social  à la Brasserie de la Coupole, place des Terreaux à Lyon.

 

1921, M. Pelagaud, Président de l'Union Lyonnaise des Combattants de l'Air constitue à Lyon la Compagnie Lyonnaise de Navigation Aérienne (C.I.N.A) qui se propose de créer un centre d'entraînement pour les pilotes militaires de réserve.

 

14 mars 1921, à l'occasion de la Foire de Lyon, la Compagnie Aérienne Française procède au-dessus du stade de Gerland, à une expérimentation du parachute réalisé par Jean Ors. Mlle. Jacquart et M. Blanqué se sont lancés dans le vide avec succès.

 

26 juin 1921, meeting à Bron organisé par l'Union Lyonnaise des Combattants de l'Air et la Compagnie Aérienne Française.

 

juin 1921, le Service de la Navigation Aérienne se porte acquéreur d'environ 35 hectares de terrain  sur la commune de Chassieu pour aménager l'infrastructure de l'aviation commerciale de l'aérodrome de Bron.

 

30 juillet 1921, à 7 h 15 du matin, le Caudron G3 de l’aviateur genevois François Durafour est le premier aéronef à atterrir en douceur et sans assistance sur les pentes du plus haut sommet d’Europe occidentale, à 4.331 mètres d’altitude, au col du Dôme du Goûter dans le Massif du Mont Blanc. L’exploit devait se prolonger dès le lendemain lorsque François Durafour redécolla avec succès du même site, cette fois-ci avec l’assistance de guides et membres du Club Alpin Français. Afin de commémorer cet exploit historique, la façade de la copropriété des Ancolies à Saint-Gervais-les-Bains, a été recouverte en août 2016 d’une peinture monumentale réalisée par les deux artistes d’art urbain Zoer et Irsut reproduisant une photographie d’époque prise par Henri Brégeault, alors secrétaire général du Club Alpin Français.

 

7 septembre 1921, à bord de son biplan Farman, Marcel Lallouette après avoir décollé de l'hippodrome d'Aix-les-Bains, se pose sur le plateau du Revard (Savoie).

 

septembre 1921, passage à Bron des concurrents de la Coupe Michelin.

 

1921, Benjamin Bozon-Verduraz créé l'Aéro-club des Alpes Françaises (ACAF) à Chambéry. Cet aéro-club a pour but de fédérer les clubs existants et de promouvoir la création d'aérodromes dans les Alpes.

 

1921, créé par André Michelin, le Comité Français de Propagande Aéronautique est très actif dans la Drôme.

 

1921, l'aviateur auvergnat Jean Salis, sur un terrain d'aviation situé au 'Canton' sur la commune de Pont de Claix, au sud de Grenoble, créé une école de pilotage et fonde le Comité d'Etudes pour le Développement de l'Aviation dans les Alpes, qui deviendra ultérieurement le Centre d'Aviation des Alpes et du Dauphiné. Pour assurer la publicité de son entreprise, il survole la ville de Grenoble à environ 50 mètres d'altitude, le 5 mai 1921. Avec des avions militaires provenant des surplus, il fait des relevés topographiques dans les Alpes et débute le Secours en montagne en se posant dans des lieux accidentés. Pour le compte de l'Institut Polytechnique de Grenoble, il photographie les cours d'eau alpins. Conjointement, il organise des manifestations aériennes avec acrobaties, descente avec hélice calée et des sauts en parachute. L'activité de Jean Salis dans le Dauphiné cessera en 1927.

 

7 septembre 1921, à bord de son biplan Farman, Marcel Lallouette après avoir décollé de l'hippodrome d'Aix-les-Bains, se pose sur le plateau du Revard (Savoie).

 

1921, aménagement d'un terrain d'aviation à Ancône, près de Montélimar (Drôme). L'aérodrome ne sera inauguré qu’en juin 1930. Créé en 1925, l'Aéro-club de Montélimar en a été le premier locataire

 

17 mai 1922, les terrains réquisitionnés pour l'établissement du Centre d'Aviation de Bron au cours de la Première Guerre mondiale sont acquis par l'Etat.

 

2 août 1922, dans le cadre de la Coupe Gordon Bennett organisée à Vernier-Chatelaine, dans les environs de Genève, l'aéronaute français Georges Blanchet et sa passagère Mme. L. Clavel, à bord du ballon sphérique 'La Fernande', participent à l'épreuve du concours de distance. Ils réalisent un vol entre Genève et Turin, donc une traversée des Alpes du nord au sud.

 

août 1922, l'Ecole d'Aviation suisse en collaboration avec la société suisse Aéro-Lausanne organisent une liaison aérienne entre Ouchy, Evian-les-Bains, Annecy et Aix-les-Bains, à partir d'un hydravion italien 'Savoia'. Deux vols hebdomadaires sont programmés.

 

d'avril à octobre 1922, Joseph Portal sur Berline Spad 33 bis de la Compagnie des Messageries Aériennes (CMA) défriche la 'ligne' Paris-Lyon-Marseille. Deux voyages par semaine, 42 passagers transportés, ainsi que 1689 kg de fret et 17 kg de plis postaux. En septembre et octobre 1922, deux voyages hebdomadaires entre Lyon et Genève.

 

octobre 1922, le 5ème Régiment Aérien d'Observation devient  35ème Régiment aérien mixte.

 

octobre 1922, une activité aérienne  occasionnelle a lieu sur le champ de manœuvres des Vennes à Bourg en Bresse (Ain). A cet aérodrome privé à usage restreint utilisé par l'Aéro-club de l’Ain sera préféré l’aérodrome de Bourg-Ceyzériat à son ouverture en 1979.

 

1922, Georges Burlaton fonde avec ses amis Ariste Gignoux, Peix et Velut, la Société Lyonnaise d’Aviation, qui achète un Dorand et deux Sopwith avec lesquels ils donneront de nombreux baptêmes de l’air lors des meetings régionaux.

 

1er janvier 1923, création de la Compagnie Air Union qui résulte de la fusion des compagnies aériennes françaises.

 

23 janvier 1923, l'Aéro-club du Rhône (ACR) crée  sa 'commission aviation' qui sera présidée par    M. Berlioz de 1923 à 1931, par le Lieutenant-colonel Girier de 1931 à 1939.

 

7 mars 1923, vers 17 heures, un avion de chasse, type Nieuport 29, se met en vrille lors du survol du terrain de Bron. De l’appareil qui s’est écrasé à 1 kilomètre au sud du terrain, on retire le pilote qui décède dans les heures qui suivent. Il s’agit du caporal Charles Raymond, appartenant au 35ième Régiment d’Aviation de Bron, originaire des environs de Pont de Chéruy.

 

27 avril 1923, l'avion Dorand AR 1, immatriculé F-CAFI, appartenant à la Compagnie Aérienne Française est accidenté sur l'aérodrome de Bron. L'appareil piloté par Joffre avec pour passager           M. Daspert, photographe, est plaqué au sol par une violente bourrasque de vent lors de son décollage. Le pilote est tué et son passager, grièvement blessé, est transporté à l'hôpital. Cet appareil était baptisé 'Pégoud,' en hommage à cet aviateur dauphinois, roi de la looping, tué en combat aérien au cours de la Première Guerre mondiale.

 

22 juillet 1923, à Bron, meeting organisé par l'Aéro-club du Rhône (ACR).

 

2 août 1923, sur la base aérienne de Bron, lors de l'incendie accidentel d'un hangar, 30 avionsNieuport de chasse sont détruits.

 

novembre 1923, en fin de journée, trois avions militaires de l’aérodrome de Bron survolent la localité. L’un d’eux, piloté par le soldat Michel Rongeat, suite à une panne de moteur, capote à l’atterrissage sur la commune de Tramoyes (Ain). Le pilote est indemne.

 

26 mars 1924, première escale à Bron dans son tour du monde de 37.000 kilomètres du l'aviateur anglais Squadron Leader Archibald Stuart Mac Laren à bord d'un biplan amphibie Vickers 95 Napier Vultur, immatriculé G-EBHO, piloté par F/O Planderlegh et navigateur Sergent Andrews.

 

4 mai 1924, lors d'un rallye aérien, René Latu, aéronaute français, s'envole de Saint Etienne (Loire) à bord d'un ballon sphérique de 1200 m3. Quelques minutes plus tard, il se pose à Saint Chamond pour laisser descendre ses deux passagers. L'aéronaute poursuit son vol vers les Alpes. A 15 h 15, il est vu au sud d'Allevard-les-Bains à une altitude estimée entre 5.000 et 6.000 mètres. A 16 h 30, l'aéronaute fait un atterrissage dans de bonnes conditions à Voghera, près de Pavie (Italie). René Latu a ainsi traversé les Alpes et parcouru 400 kilomètres en 4 heures sans l'aide d'inhalateur. C'est la troisième traversée des Alpes en ballon d'ouest en est.

René Latu né en Algérie, le 17 octobre 1902, qui avait fait ses études à l'Ecole supérieure d'aéronautique était breveté pilote d'avion et de sphérique, est sous-lieutenant au 3ème Régiment d'aviation de chasse à Strasbourg. René Latu était un pilote de ballon remarquable et effectua de nombreux vols (13ème Grand prix des Sphériques de l'Aéro-club du Rhône ; 4 mai 1924 Traversée des Alpes). Lors de la Coupe Gordon-Benett dont le départ fut donné à Bruxelles le 7 juin 1925 deux aéronautes français René Latu et Francin Dosce tombèrent dans la Manche et furent recueillis par un bateau qui les déposa à Portsmouth. René Latu décédera de pneumonie suite au naufrage.

 

17 mai 1924, dans la matinée, un Breguet du 35ème Régiment d’Aviation de Bron piloté par un sous-officier fait un atterrissage forcé sur la commune de Civrieux (Ain). Le pilote est indemne, mais l’appareil sérieusement endommagé.

 

15 juin 1924, à Bron, meeting organisé par l'ACR.

           

22 août 1924, premier atterrissage d'Albert Girard-Blanc sur un terrain qui deviendra l'aérodrome du Versoud (Isère). Albert Girard-Blanc, ancien pilote militaire, installé comme garagiste à Lancey, est membre de l'Aéro-club du Dauphiné. Pour satisfaire son envie de piloter, il utilise les prairies de la vallée du Grésivaudan, au nord de Grenoble. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il crée la section de Lancey affiliée à l'Aéro-club du Dauphiné. Avec l'aide des adhérents de la section et l'encouragement de la Municipalité de Lancey, il débute l'aménagement d'un terrain d'aviation. Si certains propriétaires des terrains acceptent son initiative, d'autres la combattent. 

Quelques fanas de l'aviation et le colonel en retraite de l'Armée de l'Air J. Coppier (1901-2005) créent l'Aéro-club du Grésivaudan, le 19 juin 1950. Tout est à faire sur le terrain du Versoud : combler les fossés, une bande en herbe de 1.000 mètres est nivelée, remise en état d'un vieux hangar, construire un club-house, etc.…Le terrain est homologué le 28 mai 1951 et ouvert à la Circulation Aérienne Publique à usage restreint, le 19 avril 1953. Avec la fermeture programmée de l'aérodrome de Grenoble-Eybens, la Chambre de Commerce acquiert le terrain d'aviation du Versoud et d'autres surfaces de terrain proches afin de créer l'aérodrome du Versoud. Une piste en dur de 900 mètres est réalisée et ouverte au trafic aérien, le 15 mars 1967. Les activités d'aviation de loisirs et les services publics installées sur l'aérodrome de Grenoble-Eybens sont transférés vers celui du Versoud. Le 17 octobre 1977, la tour de contrôle est inaugurée par le Préfet de l'Isère en présence des usagers et des personnalités de la région. L'aérodrome est désormais contrôlé par le personnel de la Direction générale de l'Aviation civile.

 

septembre 1924, à Bron, passage des concurrents  du Concours d'aviation  organisé par l'Aéro-club de France.

 

1924, l’aérodrome  de Cessieu, situé sur les communes de Cessieu et de Saint Victor de Cessieu (Isère) est créé en 1924. En 1929, le pilote Joseph Guiguet est à l'origine de la création de l'Aéro-club de La Tour du Pin-Bourgoin. Le 27 juillet 1930, inauguration de l'aérodrome qui sera ouvert à la Circulation Aérienne Publique le 23 mai 1934. En 1982, une association de vol à voile Les Ailes Dauphinoises est créée sur l'aérodrome de Cessieu. En 1984, elle prend en compte la gestion de l'aérodrome. Cette même année, l'Association Ultra Légers Motorisés des Deux Vallées Nord-Isère développe l'activité ULM. En 1985, le club d'aéromodélisme Comet club est créé et réalise la plus belle piste en dur d'aéromodélisme du département de l'Isère.

 

1924, l'organisation des premiers Jeux Olympiques d'Hiver à Chamonix a fait connaître cette localité et sa région. Pour dynamiser cette renommée, Joseph Thoret parvient à intéresser la Compagnie ferroviaire Paris-Lyon-Marseille (PLM), mais aussi la Compagnie aérienne Air Union, ainsi que la famille Farman, actionnaire d'Air Union, qui possède une propriété à Chamonix, afin d'ouvrir une liaison aérienne touristique depuis Genève.

1925, création de l'Aéro-club de Savoie à Chambéry, qui devient en 1928, une section affiliée à l'Aéro-club des Alpes françaises.

 

18 janvier 1925, venant de Saint Raphaël, le commandant Girier et les lieutenants Challes et Rabatel qui accomplissent la mission aérienne France-Perse-France se posent à Bron.

 

23 janvier 1925, création par l'Office National de la Météorologie d'une station météorologique sur le terrain d'aviation d'Ancône, près de Montélimar (Drôme).

 

10 février 1925, lors d’un vol d’entraînement, un biplan Bréguet XIV du 35ième Régiment d’Aviation de Bron tombe dans le canal de Jonage, au droit de la commune de Meyzieu (Rhône). Un pêcheur qui a vu le drame se dirige en barque vers le lieu du sinistre. Le sergent-pilote Charles Chambaz est indemne, car il a réussi à s’accrocher à un élément de l’avion avant qu’il ne sombre ; le passager, le sergent Claude Gros coule avec l’appareil.

 

10 février 1925, à Lyon, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est crée une école de mécaniciens d'aviation sous la direction M. Claude Givaudan. il s'agirait de la première au monde.          

 

3 avril 1925, c’est au retour d’un vol de nuit sur Bréguet XIV piloté par l’adjudant-chef Louis Veyret de la 11ième escadrille de Bron avec comme passager l’adjudant Albert Faury de la 12ième escadrille de Bron, que l’appareil s’écrase au lieudit « les sept chemins » aux limites des communes de Bron, Chassieu et Vaulx en Velin. Les deux aviateurs trouvent la mort dans cet accident. En février 1920, l’adjudant Faury faisait partie d’une escadrille de huit Bréguet XIV qui tentaient la liaison aérienne sur 4200 kilomètres de désert entre Alger et Dakar.

 

5 avril 1925, sur le terrain d'aviation d'Ancône, création de l'Aéro-club de la Drôme qui deviendra en 1934, l’Aéro-club de la Drôme et de l'Ardèche.

 

17 avril 1925, vers 15 heures 30, un avion de chasse du 35ième Régiment d’Aviation de Bron s’écrase dans le quartier du Terraillon, sur la commune de Bron. Le pilote, le soldat Léon Boyer, originaire de la Haute-Loire, âgé de 20 ans, est retiré atrocement broyé des débris de son appareil. Son nom a été donné, par la Municipalité de Bron, à une rue du quartier des Essarts.

 

1er mai 1925, Louis Jacquard, instructeur à l’aérodrome civil de Bron, est propriétaire d’un hydravion. Cet appareil était destiné à un service hydro-aérien entre L’Ile Barbe et La Mulatière qui devait être inauguré dans les prochains jours. Lors d’un vol d’essais, avec deux passagers, il s’écrase en rive gauche de la Saône, dans le bois de La Caille sur la commune de Caluire. Le pilote et ses deux passagers sont retirés morts des débris de l’appareil.

 

20 juillet 1925, à Sollière-Sardières (Savoie), Une escadre aérienne polonaise, sous le commandement du Général Zagorski, est venue en France prendre livraison de 22 avions et se trouve à Bron dans l'attente d'une météo favorable pour continuer son chemin. Le 19, 14 avions tentent de traverser les Alpes, mais 5 d'entre eux seulement arrivent à Milan, dont celui du Général. Les 9 autres doivent rebrousser chemin. Le 20, 4 appareils tentent à nouveau la traversée, 3 reviennent à Bron, mais la quatrième capote à Sollières-Sardières en tentant de se poser : le capitaine-pilote Cerki est indemne, mais le sergent-mécanicien-observateur Tildore est grièvement blessé. Il s'agit probablement de Breguet XIX.

 

17 octobre 1925, au retour d’un vol dans le sud de la France, l’appareil du Capitaine Battesti, commandant une escadrille de chasse à Bron, fait un atterrissage forcé, non loin du lieu où Jules Vedrines trouva la mort, près de Saint Rambert d'Albon (Drôme) Un appareil piloté par le sergent Perrier apporte depuis Bron la pièce défectueuse et réalise le dépannage. Le capitaine Battesti peut s’envoler vers Bron. Le sergent Perrier, qui est resté sur le terrain d’aviation du Creux de La Thine, à Saint Rambert d'Albon (Drôme), donne un baptême de l’air, en dépit de l’interdiction formelle. Peu après le décollage, l’appareil glisse sur l’aile dans un virage, tombe au sol et prend feu. Le sergent pilote Perrier est relevé grièvement blessé, mais sa passagère Madame Benoit, artiste lyrique, est retirée carbonisée des restes de l’appareil.

 

22 octobre 1925, passage à Bron de pilotes japonais sur Breguet 400 cv.

entre 1925 et 1927, constructions sur le terrain de Bron d'une dizaine de hangars d'aviation  pour l'aéronautique militaire (20.000 m2 de hangars de piste et de 3.800 m2 d'ateliers  et magasins). .

 

1926, Joseph Thoret veut prouver sa méthode de vol dite hélice calée et observer les conditions de traversée en vol d'un massif montagneux à bord d'un appareil de faible puissance. Son projet consiste de voler de Paris à Turin et retour à Paris avec un appareil de faible puissance l'Avionette 'Albert TE-1, en contreplaqué et équipée d'un moteur Salmson de 40 cv, immatriculée    F-AHDY : 5 juin  1926, Thoret décolle de Paris, mais les conditions météo devant le Mont Blanc l'obligent à venir à se poser à Genève-Cointrin  après 3 heures de vol à la vitesse moyenne de 120 km/h ; le 7, Thoret fait un vol de 3 h 30 avec montée à 3.430 m. mais retourne se poser à Genève suite à des problèmes de moteur ; le 9, vol de Genève à Turin par la vallée de l'Arve, la Haute-Isère, le col du Petit Saint-Bernard, puis la vallée d'Aoste en Italie. Thoret vole vers Milan mais les conditions météo l'empêchent de revenir sur Turin, alors il vole vers Venise ; le 11, un vol d'étude de 3 h 40 où il atteint 4.600 m. avec double traversée des Alpes suisses ; le 14, retour vers Milan via les Alpes suisses après un vol difficile de 3 heures et une altitude de 3.150 m.; le 16, long vol de 8 h30 à travers les Alpes en passant par le lac Majeur, Aoste, le col du Petit Saint Bernard, et tente de rejoindre Dijon, via Bourg et Tournus, mais il s'égare et se pose près de Cluny ; le 17, après un décollage, un arrêt à Dijon pour saluer des amis avant de repartir pour Paris. Un raid de 2.500 kilomètres, effectué en 23 h40 de vol et de 12 jours qui se fera malgré tout en 7 étapes.                         

 http://www.pionnair-ge.com/spip1/spip.php?article323

 Thoret.jpg

mai 1926, l’appareil du soldat Justin Gannot du 35ème Régiment d’Aviation de Bron s’écrase au sol au moment de son atterrissage à La Valbonne. (Ain). L’appareil prend feu et l’on retire le corps carbonisé du pilote.

 

25 mai 1926, la Compagnie Air Union prend l'exploitation de la ligne Paris-Lyon-Marseille. La mise à disposition du public débutera le 1er juin 1926. La liaison Lyon-Genève sera assurée de mai à septembre. Le terme de port aérien de Bron remplace celui de halte aérienne de Bron-Chassieu.

 

fin mai 1926, à Clermont (Savoie), l’avion postal Lyon-Genève, suite à une panne de moteur, s’abat près de Clermont. Le pilote et les quatre passagers sont indemnes mais l’appareil est détruit.

 

été 1926, un riche britannique Assan Farid, petit-fils d'un maharaja du Pakistan, acquiert en 1923 l'observatoire que l'astronome Joseph Vallot a fait construire à 4.367 mètres d'altitude dans le Massif du Mont Blanc. Le mécène est vite confronté aux difficultés de logistique et d'approvisionnement de l'observatoire. Au cours de l'été 1926, il fait appel à Joseph Thoret pour parachuter des colis à proximité de l'observatoire. C'est à bord d'une 'limousine' Farman F 71 à moteur Salmson de 220 cv qu'il effectue ces largages. Les essais sont concluants, mais ils nécessitent des rotations contraignantes et coûteuses entre Genève et le Mont Blanc. Finalement, la municipalité de Chamonix signe, en septembre 1927, une convention pour l'utilisation d'un terrain 'aux Praz' sur la commune de Chamonix. Malheureusement, Assan Farid décède en 1928, et le terrain des 'Praz' est oublié.

 

19 juin 1926, M. Baudel, directeur technique de la Compagnie Air Union, explique au cours d'une conférence organisée par l'Aéro-club du Rhône au cinéma Gloria à Lyon, que Lyon devient un centre aéronautique important depuis la création des premiers réseaux aériens commerciaux : « l'avenir de l'aéroport de Bron dépend de l'exploitation des lignes commerciales ».

 

4 juillet 1926, passage à Bron de la 3ème Coupe Zenih.

 

de 1926 à 1939, au camp de la Valbonne (Ain), en bordure des terrains militaires, l'Armée  réserve  une bande de terrain pour l'atterrissage des avions militaires.

février 1927, à Lyon, manifestation de propagande aéronautique organisée par la Ligue Aéronautique Française.

 

avril 1927, passage à Bron du Farman F 30 'Goliath'  de la mission France-Amérique Latine , immatriculé F-ADFN.

 

avril 1927, l'Aéro-club du Rhône quitte son siège social du 4 quai de la Pécherie pour s'installer au premier étage de la Brasserie de l'Etoile au 1 cours Gambetta à Lyon.

 

17 juin 1927, en fin de journée, un avion militaire a atterri, suite à une panne de moteur, dans les champs à proximité du hameau des Pouilleux, sur la commune de Reyrieux (Ain). L’appareil venait de Coblentz et se dirigeait vers Bron. A bord, un capitaine pilote et un caporal mécanicien. Pas d’accident corporel.

           

1928, la Compagnie Aérienne Française (CAF), souhaite organiser un service d'hydravion touristique, à partir d'hydravion Shreck-FBA, entre les lacs savoyards.  Sur le lac d'Annecy, pendant la saison d'été, un hydravion effectue des vols touristiques. Toutefois, le bruit des moteurs au décollage est tel que le maire prend un arrêté pour déplacer le lieu d'embarquement, limiter les heures de vol et l'altitude minimum de survol de la ville. Les vols se poursuivront pendant la période estivale jusqu'en 1932/1933.

 

1928, date du principe de la création d'un aérodrome, ouvert à la Circulation Aériene Publique, à Grebloble. Toutefois, l'aérodrome 'Jean Mermoz' à Eybens (Isère) qui sera inauguré le 28 aoît 1936, ne sera ouvert à la Circulation Aérienne Publique que le 14 octobre 1936. 

 

6 janvier 1928, à Aix les Bains (Savoie), un trimoteur Junkers G 23/24, immatriculé D-880, appartenant à la Compagnie Lufthansa, assurant la liaison commerciale Barcelone-Marseille-Genève-Berlin réussit à se poser en catastrophe en plein milieu de la ville d’Aix les Bains. Les trois membres d’équipage sont indemnes : Albert Gerssonkorne pilote, Gustav Connest, radio, Fritz Soldmann, ingénieur navigant.

 

12 janvier 1928, au lieu-dit 'Marlioz', sur un terrain de 700 x300 mètres, situé sur la commune de Passy, inauguration de l'aérodrome international avec douane de Passy-Le Fayet ou Chamonix-Le Fayet par les pilotes de la compagnie Air Union, Joseph Thoret et Robert Bajac. Les pilotes d'Air Union entament une campagne de vols d'essai entre Genève-Cointrin et Passy avec des Farman Goliath. Thoret effectue les Genève-Passy et ses vols d’essai au Mont-Blanc à bord du Spad 56 à 7 places d’Air Union, immatriculé F-AIMO. Entre 1928 et 1930, il emporte ainsi 1.612 passagers sur le Mont-Blanc parfois avec l’hélice calée ! A la fin de l'hiver 1929, la société aéronautique Henry Potez succède à Air Union dans l'organisation de ces vols aériens touristiques. Joseph Thoret se retire car localement cette activité attire des convoitises. En 1930, Pierre Serge prend la succession de Joseph Thoret chez Potez à Passy, afin d’assurer principalement l’école de pilotage et les vols touristiques. Malheureusement, celui-ci se tue en 1935 à Orly lors d’un vol d’acrobatie. Avec la crise économique, la société Potez se retire de l'exploitation de l'aérodrome de Passy, c'est son chef-pilote Firmin Guiron, ami de Jean Mermoz, qui reprend à son compte la gérance du terrain de Passy. En 1931, sur le terrain de Passy est créé l'Aéro-club du Mont Blanc (ACMB). En 1933 a lieu un grand meeting aérien inauguré par Pierre Cot, Ministre de l’Air, les commentaires au micro étant confiés à Roger Frison-Roche, le célèbre guide et journaliste. En juin 1936, pour assurer les vols touristiques, Firmin Guiron prend en mains un bimoteur Potez 56 baptisé “Jean Casale”, immatriculé F-ANMT. A l'automne 1936, après la nationalisation des usines d’aviation, la station Potez Aéro-Service de Passy est démantelée. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’Aéro-club du Mont-Blanc, propriétaire de l'aérodrome privé de Passy, renaît alors de ses cendres, toujours mené par Guiron, ajoutant même quelques activités nouvelles comme le remorquage de planeurs et les stages d’hélicoptères. En 1962, Firmin Guiron cède sa place à Jacques Angot. Au début des années 70, l’Aéro-club du Mont Blanc quitte Passy pour Sallanches car le terrain n'est plus ouvert à la Circulation Aérienne Publique. Celui-ci ferme définitivement en septembre 1973.

 

à partir de 1928, la Compagnie Aérienne des Alpes développe un tourisme aérien autour des lacs savoyards à partir d'hydravions.

 

1er mars 1928, la ligne Paris-Lyon-Marseille est prolongée jusqu'à Cannes.

 

1er au 3 mars 1928, à Lyon, 6ème Congrès national des sociétés affiliées à l'Aéro-club de France.

 

3 avril 1928, un appareil, piloté par le Commandant Dagnaux avec pour mécanicien Treille, décolle de Villacoublay dans la matinée, afin de réaliser un raid vers le Centre Afrique.  Après escale à Lyon-Bron et à Marseille, vers 13 heures, alors qu’il survole la Vallée du Rhône à 1500 mètres d’altitude, par un vent violent, l’appareil part en vrille à plat. Après un atterrissage forcé, à proximité de Pierrelatte (Drôme), l’appareil heurte un arbre et prend feu. Treille se dégage difficilement afin de porter secours au Commandant Dagnaux immobilisé dans le poste de pilotage. En effet, celui-ci est amputé d’une jambe à la suite d’une blessure de guerre. Les deux aviateurs sont grièvement brûlés avant d’être secourus.

 

9 avril 1928, la Chambre de Commerce de Lyon demande officiellement au Ministre du Commerce et de l'Industrie, la concession de l'exploitation de l'aéroport de Bron.

 

avril 1928, l'Aéro-club du Mont Blanc est créé, avec l'appui des collectivités locales, pour développer le tourisme aérien. (ce aéro-club a pour but de promouvoir le terrain de Passy, rien à voir avec celui créé en 1931 qui regroupe les pilotes locaux  ACMB).

 

24 juin 1928, meeting d'aviation à Bron organisé par l'ACR, la plus importante manifestation aéronautique qui se soit déroulée jusqu'à ce jour dans la région. Avec la présence de Costes et Le Brix.

 

juillet 1928, à Yenne (Savoie), suite à une panne de moteur, un avion allemand de la ligne Marseille-Genève s'est posé sur le marais de Lagnieu, à 2 kilomètres de Yenne. L'appareil a été détruit après s'être retourné sur ses 7 occupants. Aucun blessé.

 

26 août 1928, la Société de Préparation à l'Aéronautique de l'Aéro-club de Vienne organise un meeting sur le terrain de Reventin. En 1932, est créé l'Aéro-club de Vienne.

 

15 septembre 1928, les concurrents du Tour de France en avaient légers font escale à Bron

 

23 septembre 1928, à Corcelles-en-Beaujolais (Rhône), inauguration d'un monument à la gloire de Charles Voisin, sur le lieu où il trouva la mort dans un accident d'auto.

 

29 septembre 1928, vers 15 heures, un hydravion de la Marine italienne, du type Waldona,                      l’«  ANTARINA II », survole la vallée du Rhône à son retour d’une mission au Spitzberg.

A environ deux kilomètres au sud de Valence, un violent orage barre la vallée. Le pilote décide de faire demi-tour, mais l’appareil accroche une ligne électrique à haute tension, qui traverse le Rhône, et tombe dans le fleuve en crue, à proximité de Guilherand (Ardèche). L’équipage se compose du Commandant Pinzo, du Lieutenant Crosio, du sous-officier Gatta et des mécaniciens Codoniosto et Barrachini. Les deux officiers et le sous-officier, qui se trouvent à l’avant de la carlingue, sont précipités dans les flots et périssent noyés. Les deux mécaniciens, qui se trouvent dans le compartiment arrière, ont pu être sauvés par des témoins de l’accident. Dans les jours qui suivent, l’épave est retirée du fleuve, non sans difficulté.

 

31 octobre 1928, vers 9 heures 30, par temps de brouillard, un appareil réalise un atterrissage forcé à deux cents mètres de la localité de Sécheras (Ardèche). Il s’agit d’un monomoteur biplan, du type Blériot Spad 56/4, n°4381/9, immatriculé F-AIMN, de la Compagnie Air Union. Cet appareil effectue la liaison régulière commerciale entre Paris, Lyon et Marseille. En touchant le sol, il brise son train d’atterrissage, et le plan inférieur s’enfonce dans le terrain détrempé par la pluie. Le pilote, Maurice Bodin, projeté hors de l’appareil, est relevé inanimé. Transporté dans la maison du Maire de la localité, il décède quelques instants après. Le passager, un médecin anglais, Monsieur Seguel, est indemne. C’est le premier accident grave depuis la mise en service, trois ans plus tôt, de la liaison aérienne commerciale entre Paris, Lyon et Marseille.

 

novembre 1928, Air union reçoit son premier Breguet 280 T, immatriculé F-AIVU, 'Rapid Azur', qui est mis en ligne sur Paris-Lyon-Marseille.

 

18 décembre 1928, un avion piloté par un sous-officier du 35ème Régiment d’Aviation de Bron survole Beaurepaire (Isère). Tout à coup l’appareil pique vers le sol, le pilote a le temps de sauter en parachute.

 

1928, l'Aéro-club du Dauhiné loue 22 hectares de terrain sur la commune de Moirans (Isère) en vue de développer ses activités aéronautiques. Ce terrain servira d'escale sur la ligne Paris-Cannes dans les années 1930. Il sera désaffecté au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale.

 

21 décembre 1928, l'ACR crée sa 'commission propagande' présidée par M. Georges Burlaton.

 

entre 1928 et 1930, Joseph Thoret avec un avion d'Air Union organise des vols touristiques dans le Massif du Mont Blanc.

 

1929 ou 1930, un Breguet 19 s’écrase au Crêt Pomat, près de Roche la Molière (Loire). A bord de l’appareil : Lieutenant Duchangeet le sergent-chef Janssens du 11ème Régiment d’aviation de Metz. Partis de Metz, leur vol devait se poursuivre vers Istres, mais sur les monts du Mâconnais, ils furent déroutés par de violents orages. A court d’essence, ils se posèrent vers minuit dans un champ de blé. Les deux aviateurs, sérieusement contusionnés, furent secourus par la famille Degeorge qui habitait à proximité de l’accident.     

 

6 mars 1929, les aviateurs anglais Mauler et Baud de retour de leur raid Paris-Le Cap-Paris sont reçus à Bron. Ils voyagent à bord du Caudron 128, immatriculé F-AEHC, baptisé 'Le Petit Parisien' pour le compte de ce journal et de la firme cinématographique Paramount.

 

20 mars 1929, deux avions militaires italiens, de type non précisé, partis du terrain d’aviation de Fiume, en Italie, à destination de la France, se trouvent pris par le mauvais temps entre Bourg Saint Maurice et Sainte Foy en Tarentaise (Savoie). Si l’un des pilotes réussit à se poser sur le terrain de Challes les Eaux, l’autre percute la muraille rocheuse, en rive gauche de l’Isère, face au hameau de La Raie, en amont de Sainte Foy en Tarantaise. Blessé sans trop de gravité, le pilote le Capitaine Natale Palli meurt de froid à proximité d’un refuge qu’un épais brouillard avait caché à sa vue.

En septembre 1932, a lieu à La Gurraz, sur la rive droite de l'Isère, inauguration d'un monument à sa mémoire. Natale Palli se rendit célèbre pendant la première guerre mondiale en commandant, sous les ordres de son observateur l'écrivain Gabrielle d'Annunzio, un raid italien de bombardement sur la ville autrichienne de Vienne qui fit grand bruit, à défaut de beaucoup de dégâts. Le 20 mars 1929, il est envoyé par G. D'Annunzio (certainement lors des prémices de l'incident international de Fiume, à confirmer), pour porter à Paris un message urgent à Georges Clemenceau, Président du conseil, avec retour à Rome avec son avion.

 

24 mars 1929, c'est sur avion Caudron G 3 de la Société d'Aviation de Lyon que Monsieur Adrien Derat, membre de l'Aéro-club du Rhône, est le premier breveté pilote civil à Bron.

 

avril 1929, Air Union met en service le premier de ses dix LeO 213 'Golden Ray' à babord, 'Rayon d'Or' à tribord et Casque gaulois à l'avant. Le Leo 213 fut le premier avion-restaurant d'Air France et sans doute le seul avion dancing. En service sur Paris-Londres et Paris-Lyon-Marseille, il transporte 18 passagers, 12 en version avion-restaurant à 175 km/h. La cabine est sobrement décorée et éclairées par de grandes baies. Une série de tables à quatre couverts est bordée de fauteuils bi-places, en vis à vis. Le 'service de bouche', assuré par un steward, est confié à la Compagnie Internationale des Wagons-Lits.

 

15 avril 1929, mise en service du phare aérien du Mont Cindre, à Saint Cyr au Mont d'Or (Rhône), d'une portée de 80 kilomètres dans le cadre du jalonnement de la circulation aérienne.

 

17 avril 1929, le pilote de chasse, Aulaguet, du 35ème Régiment d’Aviation de Bron survolait La Verpillière (Isère) quand on vit soudain son appareil piquer et entrer dans le sol. Le pilote fut tué sur le coup.

 

20 avril 1929, les aviateurs Bailly, Reginensi et leur mécanicien Marsot, de retour de leur vol Paris-Saïgon font escale à Bron.

 

du 21 au 23 mai 1929 à Paris,  7ème Congrès des sociétés affiliées à l'Aéro-Club de France. L'Aéro-club du Rhône (ACR) qui représente les nombreuses sociétés du sud-est de la France devient Aéro-club du Rhône et du Sud-Est (ACRSE).

             

juin 1929, début de construction de l'aérogare de Bron.

 

du 3 au 20 août 1929, 44 avions de tourisme décollent  d'Orly pour réaliser un Tour de l'Europe, soit 6.288 kilomètres en plusieurs étapes. La première étape Bâle suivie de Genève, Bron, le 7 août, Marseille, Saint Raphaël, etc...

 

23 octobre 1929, la concession de l'exploitation de l'aéroport de Bron est accordée par décret à la la Chambre de Commerce et d'Industrie de Lyon pour une durée de 50 ans. L'emprise de la concession s'étend sur 495 hectares, dont 94 sur la commune de Bron dans le département du Rhône et 401 hectares sur les communes de Chassieu et de Saint Priest dans le département de l'Isère.

 

octobre 1929, est lancé le projet d’un aéroport d'Aix-les-Bains-Chambéry, sous la forme d’un aéroport mixte (civil et militaire), par Pierre Cot, Député de la Savoie. Pierre Cot, devenu ministre de l'Air, fait décider le principe d'une piste civile et d'une base aérienne militaire.

Le 13 juillet 1934, Pierre Cot donne le premier coup de pelle des travaux. Les collectivités locales s'associent pour le projet de construire un aérodrome mixte (civil et militaire) dont les travaux débutent en janvier 1935. Un décret présidentiel publié au Journal Officiel du 29 janvier 1933, stipule qu'il s'agit de l'aéroport «d 'Aix-les-Bains-Chambéry » et non de « Chambéry-Aix-les-Bains » mais dès 1964, on relègue la ville d'Aix-les-Bains à la deuxième place. Le maire André Grosjean, adresse en 1971 un courrier à Aéroport de Paris pour se plaindre de l'escamotage commercial du nom de sa ville.

Ce qui doit être un aérodrome situé dans la plaine, au sud du Lac du Bourget, sur des prés marécageux, nécessite la pose de 30 kilomètres de drainage et la mise en œuvre de 2.000.000 m3 de remblais. Les travaux sont à peine achevés en 1939 lorsque débute la Seconde Guerre mondiale. En limite ouest de cette plaine, sur la commune du Bourget du Lac sont entrepris les travaux de construction de bâtiments et de hangars d'une base aérienne militaire. En septembre 1939, à la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, les travaux sont en cours de finition, et la base est loin d'être opérationnelle. Néanmoins, une Compagnie de l'Air prend ses quartiers d'août 1939 à février 1940. L'armée allemande l'occupe brièvement la base en juin/juillet 1940. De 1940 à 1942, la base servira successivement de Centre d'Instruction des engagés de l'Armée de l'Air avec un effectif d'un millier d'hommes, de base de stockage, et à l'Ecole des mécaniciens-radio. De 1942 à 1944, sous contrôle de l'armée italienne, la base accueillera des activités sociales de l'Armée de l'Air. Le 22 août 1944, les unités opérationnelles de l'Armée de l'Air occupent temporairement les installations aériennes de la base. Ultérieurement, cette base devait conserver par la suite son affectation pédagogique, même si les missions ne cessèrent de varier au fur et à mesure des besoins et des buts de l'Armée de l'Air : école de mécaniciens en 1945, école de préparation du personnel navigant en 1946, centre d'entraînement au vol en montagne en 1950, base-école des télécommunications en 1952, dès 1956, au sein de la base aérienne 725 du Bourget du Lac, création du centre d'instruction pour les pilotes d'hélicoptères où seront formés plus d'un millier de pilotes par le Capitaine Santini, commandant de cette école et premier pilote militaire d'hélicoptères en France. Une piste en herbe devant les installations de la base aérienne était utilisée par les avions de liaison de l'Armée de l'Air. En 1983, dans le cadre d'une réduction du nombre de bases aériennes en France, la fermeture de la base aérienne 725 du Bourget du Lac est programmée. Elle est effective, le 19 juin 1985. Après avoir milité contre les nuisances sonores émises par les hélicoptères de cette unité, les riverains se plaignent contre la récession économique engendrée par cette fermeture. Aujourd'hui, les hangars d'aviation ont été démolis et les bâtiments ont été reconditionnés pour accueillir un centre universitaire dénommé Technolac.   
En limite est de cette plaine, en 1938, la piste de Voglans est aménagée, ainsi qu'un hangar d'aviation, type de parapluie de 2.000 m2... En 1949, l'Aéro-club de Savoie se voit confier officiellement le gardiennage de la piste de Voglans. La piste se situe au bord de la route nationale 201 entre Aix-les-Bains et Chambéry. Elle est encore visible aujourd'hui entre le rond-point d'Intermarché et celui de l'aéroport. L'aéro-club utilisera cette piste une dizaine d'années. C'est en bordure de cette piste que s'implante en 1946, la Compagnie Aérienne des Alpes Françaises qui deviendra Constructions Aéronautiques des Alpes Françaises sous le nom de CADAF. En 1963, la piste de Voglans est fermée.

Sur la partie médiane de cette plaine, l'équipement du futur aéroport d'Aix les Bains-Chambéry démarre entre 1953 et 1958 par la construction d'une piste en dur et des taxiways. L'aéroport de Chambéry-Savoie est inauguré en 1960. L'activité commerciale commence avec la construction d’une aérogare de 920 m². En 1964, la Chambre de commerce et d'Industrie de Chambéry et de la Savoie se voit confier par le Département la concession de l'aéroport. En 1967, la tour de contrôle est érigée près de la piste. En 1968, la société "Air Alpes", dirigée par Michel Ziegler, fils du futur patron de Sud Aviation, installe son siège social et son centre d'exploitation sur l'aéroport et assure les premiers vols vers les altiports de Courchevel, Méribel, Megève, Val d'Isère et l'Alpe d'Huez. Les premières lignes commerciales régionales d'Air Alpes se mettent en place sur Chambéry-Lyon, Chambéry-Grenoble-Nice-Ajaccio. En 1969, ouverture de la liaison Chambéry-Paris en Beechcraft BE 99.  L'aéroport de Chambéry accueille depuis 1977 la compagnie aérienne d'aviation d'affaires, Pan Européenne Air Service. En 1990, en prévision des Jeux Olympiques d'Hiver de 1992 à Albertville, d'importants travaux sont exécutés : allongement de la piste en dur à 2020 m et agrandissement de l'aérogare à 2600 m². Aujourd'hui encore, on peut admirer les anneaux olympiques peints sur le parking devant la tour. En 2002, Carole Soufflet, devient à Chambéry, la première femme en France directrice d'aérodrome. En 2003, la SEACA (Société d'Exploitation de l'Aéroport Chambéry / Aix-les-Bains), sans toutefois respecter le décret présidentiel de 1933, conserve le nom d'Aix-les-Bains. Depuis le 1er juillet 2004, l'aéroport est géré par le Groupement Vinci Airports/Keolis Airport qui choisit Chambéry-Savoie-Mont Blanc, comme nom officiel de l'aéroport. L'aéroport de Chambéry prévoit pour la saison 2016-2017 au Terminal commercial : la rénovation de l’aérogare ; la rénovation complète de la zone d’enregistrement ; la réorganisation de la zone de contrôle ; l’agrandissement de la zone d’embarquement ; une nouvelle signalétique.

 

fin 1929, la société Potez remplace Air Union dans les vols depuis l'aérodrome  de Passy (Haute Savoie.

 

1929, création de l'Aéro-club de La-Tour-du-Pin/Bourgoin, qui devient en 1930, Aéro-club de La Tour-du-Pin (Isère). .

 

1929, création sur l'aérodrome d'Ambérieu en Bugey (Ain), de l'Ecole de pilotage René Caudron qui formera des boursiers de pilotage civiles jusqu'en 1934, puis des pilotes militaires réservistes jusqu'en 1938, où elle déménage à Etampes

 

1930, cette année-là l’Aéro-club du Beaujolais à Belleville sur Saône (Rhône) dépose ses statuts. Il dispose d’un planeur XI A, mais son activité principale est le modèle réduit, car son activité aéronautique n’est pas significative. Dans l’esprit du Front Populaire en 1936, sous la Présidence de Pierre Boisson, l’Amicale Laïque de Belleville sur Saône, sur le champ de foire de la localité, anime des activités à l’attention des jeunes : foot-ball, hand-ball, boules, photos, cinéma, cours d’anglais et d’espéranto, etc. Une activité de modélisme aéronautique est lancée. Elle sera animée par André Ducroux et Jean Courbouleix avec la participation de Jammot, instituteur. Un garage vide dans la maison Dubost, rue du Moulin, sert de local pour cette activité, avec Cure pour moniteur. Sous la présidence de Soisson, une Section d’aviation rattachée à l’Amicale Laïque voit le jour. Des cartes de membres actifs et honoraires sont souscrites pour apporter des liquidités à cette section. Une cellule d’avion sans moteur, appelé couramment « pingouin ou rouleur » permet aux adhérents de s’initier aux maniements des gouvernes. Ultérieurement, la section fait l’acquisition d’un moteur du type Morgan, d’une hélice de pou du ciel à pas variable, d’une magnéto, de quoi faire rêver pour la construction éventuelle d’un avion. La Guerre de 1939 met fin à ce rêve.

 

1930, François Durafour, un franco-suisse entreprend les démarches pour la construction d'un aérodrome permanent à Annemasse. En 1935, un vague terrain prend le nom de 'terrain d’aviation de Voirons-Salèves'. Ce n'est qu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qu'un aérodrome prend forme à Annemasse.

 

de 1930 à 1939,  dans la plaine de Corbas, sur un terrain dénommé Saint Symphorien/Chaponnay des 'poux du ciel ' ou 'avionnettes' s'essayent à voleter dans ce pré de la commune où le 5 juin 1911, les aviateurs, Legagneux et Laurens avaient posé leur appareil. Les pilotes Lemaire, Lacour et Fellot font des 'sauts de puce.

 

dans les années 30, la Coopérative Lyonnaise d'Aviation avait son siège social situé au 7 rue Sainte Catherine à Lyon 1er..  Elle disposait d'un atelier et d'un hangar au 26 rue du Niger (aujourd'hui rue Doyen Caillemer) à Villeurbanne. Cette coopérative avait pour but « d 'acquérir, de fabriquer, de modifier, de vendre, d'échanger ou de répartir à ses adhérents et à toute personnes étrangères à la société, des appareils de navigation aérienne, et à opérer toutes opérations commerciales relatives à l'aviation. D'instruire et éduquer moralement et pratiquement les jeunes à la profession de mécanicien ou de pilote d'avion ».

 

1930, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est (ACRSE) s'installe dans un nouveau siège social au Palace Hôtel, Place des Brotteaux à Lyon.

 

printemps 1930, se rendant de Marseille à Londres, le Prince de Galles fait escale à Bron.

 

10 mars 1930, ce lundi, un vent violent souffle en tempête dans la vallée du Rhône. Vers 9 heures, un avion fait un atterrissage forcé dans un champ appartenant à Monsieur Veyret, à la limite des communes de Clonas et de Saint Maurice l’Exil (Isère). L’avion capote à l’atterrissage et se trouve partiellement détruit. Il s’agit d’un Farman F-168, bimoteur appartenant à l’Escadrille de Servitude 10.S.29 du Centre de Fréjus-Saint Raphaël, qui se rendait à Lyon-Bron. L’équipage composé du Lieutenant de Vaisseau Thevenot de l’Enseigne de Vaisseau Bérard, d’un mécanicien et d’un radio-télégraphiste est indemne. La cause de cet atterrissage serait due à une panne du moteur gauche. L’équipage réside chez le Maire de l’époque, Monsieur Jules Vincent qui tenait un café-restaurant, pendant une quinzaine de jours, afin de démonter l’appareil. Quand celui-ci fut complètement démonté, l’équipage proposa à Monsieur Vincent de le dédommager pour son aide, mais il déclina l’argent. En compensation, il demandait une hélice de l’appareil. Lorsque le Foyer municipal fut créé à Saint Maurice l’Exil, Monsieur Marcel Gaillard (gendre de Jules Vincent), maire, fit poser cette hélice au plafond de la salle

 

16 mai 1930, vers 16 heures, lors d’un violent orage, un bimoteur militaire s’écrase au lieudit « Les Aiguillons » sur la commune de Valsonne. Il s’agit d’un Farman Goliath F 63 de la 2ième escadrille du 22ième régiment d’aviation de bombardement de nuit qui rejoint sa base à Chartres, après des exercices avec les appareils de la base aérienne de Bron. Les membres d’équipage : sergent Paul Devos, pilote, et les sergents Louis Delhomme et André Caristan, mécaniciens, sont indemnes. Les deux premiers ont sauté en parachute et le troisième est resté dans la queue de l’avion. Ce dernier, par son origine guyanaise, relate la fâcheuse méprise dont il est l’objet de la part des personnes qui le secoururent…

 

13 juin 1930, à la suite d’une panne de moteur, un appareil de l’aérodrome de Bron s’écrase au sol à Saint André de Corcy (Ain). Le pilote, le sergent Dumoulin’est que blessé, le sergent-chef Donnaz (originaire d’Aix les Bains), mécanicien, est mortellement blessé.

 

14 juin 1930, lors du décollage de Bron, pour une mission vers Perpignan, l’appareil du Lieutenant Dupeyre et du sergent Brechant capote. Les deux aviateurs trouvent la mort.

 

du 15 juin au 15 septembre 1930, il est prévu une ligne régulière d'hydravion entre Evian (Haute-Savoie) et Lausanne en Suisse, en survolant le lac Léman. La compagnie Air Union inaugure cette liaison, le 30 juin 1930, avec l'hydravion Lioré-Olivier H-13, immatriculé F-AGAD, triplan en bois à coque souple mu par 2 moteurs Hispano-Suiza 8Aa de 150 cv à hélice tractive. La traversée du 2 août 1930 avec 4 passagers à bord et 2 membres d'équipage est dramatique. Une minute après son décollage, l'hydravion pique du nez et plonge dans l'eau. On déplore trois morts et des blessés. La ligne est aussitôt arrêtée.         Source : Pionnair GE

 

 

21 et 22 juin 1930, grandes journées aériennes de Lyon organisée par l'ACRSE et l'association des journalistes de la presse quotidienne lyonnaise.

 

été 1930, à Romans (Drôme), sous l'impulsion de Marcel Arnoux, création de l'Aéro-club léger de Romans et des environs.

 

6 juillet 1930, un violent orage sur l'aéroport de Bron fait de gros dégâts aux installations.

 

26 juillet 1930, un avion de tourisme allemand, du type BFW, immatriculé D-1885-C-4, participant au Challenge International de Tourisme d’Europe s’écrase sur un bâtiment de la base aérienne de Bron, après avoir accroché un fil d’antenne. Le pilote Erich Terremski et son passager Erich Offermann trouvent la mort.

 

automne 1930, sous l’impulsion de Monsieur Givaudan, vice-président de l’Aéro-club du Rhône, il est créé un groupement de jeunes gens sous le nom de « Pupilles de l’Aéro-club du Rhône ». L’initiation se fera, tant par des conférences, que par la pratique du vol sans moteur.

 

13 novembre 1930, un Farman de la Compagnie Air Union, piloté par Lechallier, qui assure la liaison aérienne de Paris à Lyon, a des problèmes de moteur, vers 12 heures 40, et se trouve dans l’obligation de se poser en catastrophe, sur la Saône à l’Ile Barbe. Le pilote et son passager, un photographe du journal « Le Petit Parisien » qui vient à Lyon pour un reportage sur la catastrophe du Chemin Neuf, en sont quittes pour un bain glacé. L’appareil est ramené sur la berge.

 

28 novembre 1930, création à Annecy de l'Aéro-club de Haute-Savoie qui a son siège à la brasserie de la Couronne. Il ne possède pas d'aérodrome, mais seulement une bande en herbe pour des essais d'aviation.

 

14 décembre 1930, inauguration de l’aérogare de Bron considérée par la presse comme : « l'aérogare la plus moderne du monde ». Pour des raisons de sécurité et de conformité, la mise en service au public n'intervient que le 8 février 1932.

 

décembre 1930, création par M. Claude Givaudan de la section vol à voile de l'ACRSE. 

 

1930, création de l'Aéro-club Forézien et Vellevave à Saint Etienne (Loire).

 

1931, inauguration de l'aérodrome de Bouthéon (Loire).

 

1931, inauguration de l'aérodrome de Saint Galmier (Loire).

 

janvier 1931, création du Club de Vol à voile du Beaujolais à Belleville-sur-Saône (Rhône).

 

17 janvier 1931, la berline Breguet 26 T, immatriculée F-AIIJ, assurant la liaison Paris-Lyon-Marseille, piloté par Corsin, se pose en catastrophe à Vaulx en Velin (Rhône), quelques minutes avant son atterrissage à Bron, avec le moteur en feu

           

29 janvier 1931, à Chamonix, les 'as' de l'aviation française sont aus sports d'hiver et se disputent les trophées qui leur sont réservés. Claude Gignon gagne la Coupe de Chamonix en bobsleigh, l'équipe de Jean Assolant gagne la Coupe Henri Potez, etc..

 

5 février 1931, les Mouettes Lyonnaises, société de vol sans moteur, viennent d'obtenir de l'Etat-Major de la ville de Lyon l'autorisation d’utiliser les pentes du Mont Thou (660 mètres d'altitude) dans les Monts d'Or (Rhône) pour leurs lancers de planeurs. D'autre part, un appareil d'école commandé à M. Emile Chapeaux, sera livré le 12 février et réceptionné en vol sur le terrain du Mont Thou, le dimanche 15 février par M. Simonnet, moniteur des Mouettes Lyonnaises et pilote de réserve du 35ème Régiment d'Aviation de Bron. Tous les jeunes gens et jeunes femmes que le vol sans moteur intéressent peuvent s'inscrire au siège, 8 rue Malesherbes à Lyon, le dimanche matin de 9 à 11 heures.  Ultérieurement, cette association est intégrée dans la Section Vol à voile de l’Aéro-club du Rhône.

 

12 février 1931, le groupement de vol à voile Les Mouettes Lyonnaises vient d'être autorisé par le Consul d'Allemagne à Lyon M. Strohm de conserver les restes de l'avion BMW 40 cv à bord duquel M. Offermann et sn mécanicien trouvèrent la mort à Bron, au cours du dernier Challenge International des avions de tourisme. Le club compte utiliser l'appareil pour l'instruction de ses membres.

 

23 février 1931, atterrissage à Megève d’un Nieuport 220 Cv équipé de skis en prévision de l’ouverture d’un aérodrome pour l’hiver suivant. Le pilote, Monsieur Faure, ingénieur technicien de la Compagnie Aérienne Française, redécolle pour revenir à Challes les Eaux. 

 

février 1931, Coste et Bellonte à Lyon avec visite de l'usine Martin-Moulet à Oullins

 

2 mars 1931, M. Faure part en reconnaissance des zones atterrissables sur le plateau du Revard (Savoie).  Il atterrit plusieurs fois au Coin du Feu et aux Déserts. En retournant à l’hôtel PLM du Mont Revard, il touche un sapin lors de son atterrissage, près de la patinoire. Le pilote est indemne, mais l’appareil a subi quelques dégâts.

 

12 mars 1931, l'Aéro-club du Rhône a créé une section vol à voile qui regroupe 150 membres et a mis en construction cinq planeurs Avia 11 A. Le premier de ces cinq appareils a été baptisé il y a quelques jours avec une certaine solennité et a effectué ses premiers essais, piloté par le Commandant Girier et le Capitaine Magne. Trois autres planeurs construits par M. Vermorel, Président de l'Aér-club, sont actuellement terminés et seront remis prochainement aux groupes qui doivent les utiliser. Cette initiative est la première qui aboutisse à une réalisation effective dans la région lyonnaise : nul doute que sous l’impulsion de l'Aéro-club du Rhône la pratique du vol sans moteur ne se développe rapidement.

 

14 mars 1931, les Mouettes Lyonnaises viennent d'inaugurer leur planeur le samedi 14 mars au Mont Thou, dans les Monts d'Or (Rhône). Des vols remarquables ont été exécutés par MM. Simonnet et Messines, moniteurs du groupe sur planeur Emile Chapeaux, type école. M. Messines s'élevant à 25 mètres d'altitude a parcouru une distance de 400 mètres environ. Puis, M. Simonnet ayant pris une altitude d'une quinzaine de mètres a parcouru 350 mètres environ. Un public nombreux assistait à cette séance. Devant les bons résultats obtenus, un deuxième planeur a été commandé à M. Chapeaux, constructeur à Villefranche, qui assistait aux essais.

 

29 mars 1931, un avion de tourisme s’écrase, au cours d’un exercice d’acrobatie, sur le terrain de Bron. Les deux occupants de l’appareil, Georges Avon, propriétaire de l’avion, et Louis Brenat, ancien moniteur à l’Ecole d’Aviation d’Ambérieu, trouvent la mort.

 

5 avril 1931, les Mouettes Lyonnaises ont poursuivi leur entraînement, ce dimanche, sur le terrain du Mont Thou, dans les Monts d'Or (Rhône), 17 lancers ont été effectués sur le planeur Emile Chapeaux, type école. D'excellentes glissades ont été faites par MM. Prat, Couttaud, Pras, Rouchon, Perret, Clappaz, Riffard, Dauvergne, Richard, Vachot, Lacour, Marin-Laflèche, Ed. Chapeaux, Morateur et Messines. Les séances d’entraînement ont lieu régulièrement le samedi et dimanche après-midi sur le terrain du Mont Thou. Les personnes qui désirent s'inscrire peuvent le faire le dimanche de 9 à11 heures au siège, 8 rue Malhesherbes à Lyon.

 

16 avril 1931, Thoret, avec M. Jarlaud, a réussi à Bourg en Bresse des vols très remarqués sur planeur Avia 11 A.

 

18 avril 1931, un Junkers de 8 places, appartenant à la Lufthansa, qui assure la liaison commerciale Barcelone-Marseille-Genève-Stuttgart fait un atterrissage forcé sur les sapins à Gex (Ain). De gros dégâts sont constatés sur l’appareil. Le pilote, Robert Utrucht et trois passagers sont indemnes. Le radio Héjorich Pelongin et le mécanicien Mathias Wirth sont grièvement blessés.

 

1er mai 1931, premiers services Paris-Lyon-Genève par la Compagnie Internationale de Navigation Aérienne (CIDNA). Celle liaison est exploitée en pool par Swiss Air et Air Union, à raison de 3 vols hebdomadaires, ligne qui sera exploitée jusqu'au 30 septembre.

 

4 mai 1931, le Tour de France des avions de tourisme fait escale à Bron.

 

6 juin 1931, le pilote américain Frank M. Hawks, le touriste le plus rapide du monde arrive à Bron depuis Marseille, en 48 minutes.

 

8 juin 1931, un avion Caudron C 59 de l’Ecole Caudron d’Ambérieu s’écrase à l’ouest du terrain de La Valbonne (Ain). Le pilote, le caporal-chef Buanton, originaire de Bron, est mortellement blessé.

 

15 juillet 1931, au Col de Lus la Croix Haute (Drôme), la berline monomoteur Nieuport-Delage, type 641, n°10, immatriculée F-AJRB, appartenant à la Compagnie STAR, s’écrase dans le brouillard, vers 12 heures, lors de son approche sud du Col de Lus la Croix Haute. L’appareil effectuait la liaison aérienne régulière Cannes- Paris avec escale sur le terrain d’aviation de Moirans, à proximité de Grenoble. Le pilote, Albert Bouthier, ainsi que deux passagers trouvent la mort dans cet accident, deux autres passagers sont commotionnés. Sur les lieux de l’accident, un monument commémore la mémoire du pilote, et l’autre celle de ses deux passagers.

 

juillet 1931, vers 13 h 50, trois Nieuport 29 du 34ième Régiment d’Aviation du Bourget qui effectuent le Tour de France aérien survolent la région de Montmerle (Ain). Un de ces appareils s’écrase au sol et prend feu. Le pilote, le sergent Kerhoas a péri carbonisé.

Dix minutes plus tard, dans les mêmes parages, un Nieuport 29 prend feu en plein ciel. Le pilote, le lieutenant Lamoille du 2ième Régiment de chasse de Strasbourg saute en parachute d’une hauteur de 800 mètres, et atterrit sain et sauf.

 

juillet 1931, M. Henri Lumière est nommé président  de l'ACRSE, il restera président pendant 36 ans.

 

18 août 1931, arrivant de Vittel par la route, le Sultan du Maroc Moulay Idriss est reçu par la Municipalité lyonnaise, le lendemain il visite l'aéroport de Bron.

 

août 1931, dans la Vallée de la Maurienne (Savoie), accident d’avion sur le Glacier à la Pointe d’Arselle.

 

24 août 1931, venant de Vichy, les concurrents de la Coupe Dunlop d’aviation de tourisme font escale à Bron avant de repartir pour Nimes. Le même jour, Doret, Le Brix et Mesmin font escale à Bron avec ‘Le Trait d'Union' avant d'entreprendre le record de distance en ligne droite.

 

septembre 1931, un planeur Avia XI A est essayé à Bron par les Commandants Girier et Magne.

 

9 septembre 1931, un avion du 35ème Régiment d'Aviation de Bron a atterri en panne de moteur près de Crémieu (Isère). Ses occupants, le sergent pilote Fauze et le lieutenant-observateur de Percal ont été grièvement blessés.

 

2 octobre 1931, par un épais brouillard, vers 15 heure 30, un avion de chasse, du type Gourdou-Lesseure, appartenant à la 5ème Escadre de chasse de Bron, s’écrase à proximité du hameau du Grand Vivier sur la commune de Saint Aupré, près de Voiron (Isère). Le pilote, le Sergent Poupon trouve la mort dans cet accident.

 

8 octobre 1931, passage à Bron de la caravane de présentation des nouveaux avions de tourisme.

 

octobre 1931, sous l'impulsion d'Audra, création d'un aéro-club à Die (Drôme) qui disparaîtra en 1934.           

 

5 novembre 1931, à Lyon, le Général de Goys a fait une conférence sur le voyage de l’escadrille des 'as' en Europe centrale.

 

21 décembre 1931, le club de Vol à Voile du Beaujolais à Belleville sur Saône (Rhône) a procédé aux premiers essais de son planeur entièrement construit par M. Deschamps, membre du club. Le 21 décembre, l'entraînement a eu lieu sur un petit terrain ; Cathiard fit un beau vol ainsi qu'Audenis, Siant et Cothenet. Actuellement, tous les membres du club ont effectué six ou sept lancers ; on a cherché un terrain plus propice pour le remorquage par auto. Pour tous renseignements, s'adresser au secrétariat du Club du Vol à Voile du Beaujolais, 79 rue de la République à Belleville sur Saône.

 

31 décembre 1931, un avion militaire qui se rendait à Istres a pris feu en vol non loin de Valence. (Drôme). Le pilote, l'adjudant de Freyssinet a réussi à atterrir, tandis que l'observateur, le Capitaine Colle descendait en parachute.

 

1931, sur l'aérodrome de Passy (Haute Savoie), création de l'Aéro-club du Mont Blanc qui est propriétaire du terrain.

 

1931, au cours de l'année, 115 pilotes du Centre d’Entaînement de Bron dirigé par M. Gras, Chef de Centre, ont effectué 1.163 heures de vol au cours de 1.152 sorties.

 

1932, Joseph Thoret transfère à Challes-les-Eaux, la Section d'Etudes du vol dans les remous, plus communément appelée 'Ecole des remous', qu'il avait créé le 6 août 1924 à Romanin-les-Alpilles (Bouches du Rhône). Il se consacre presque uniquement à la prospection du massif du Mont-Blanc pour concrétiser ses études aérologiques. Il ouvre une Ecole de vol en montagne, qui est plutôt un camp estival, dépendant du 35ème Régiment d'aviation de Bron. De nombreux pilotes militaires seront formés à la méthode préconisée par Thoret : faire découvrir aux élèves pilotes le principe : "le sol n'engloutit pas le vent, et que pour aussi bas que l'on soit, il est toujours possible d'y trouver une ascendance'.  En 1938, cette école est fermée par l'autorité militaire.

 

1932, à l'initiative de l'Aéro-club des Alpes françaises, création du Club Aéronautique savoyard (CAS) à Aix-les-Bains.

 

1932, la création d'aérodromes dans les Alpes françaises est en bonne voie. Des instances économiques et industrielles constatent que l'absence d'infrastructures aéronautiques nuit à leur développement et à celui du tourisme. Ainsi, Benjamin Bozon-Veduraz, As de guerre 14/18 et industriel savoyard, qui a créé en 1921 l'Aéro-club des Alpes françaises (ACAF) voit ses projets se concrétiser. Son idée est de parvenir à établir une ligne aérienne entre le Léman et la Méditerranée, via Chambéry, Grenoble et Gap. Sa mission en partie accomplie, la réalisation de certaines plates formes étant en bonne voie, l'ACAF disparaît en 1934.

 

1932, création d'Air Union qui exploite la ligne Paris-Lyon-Marseille avec un vol quotidien en 4h 25 pour un prix de 700 francs.

 

1932, un monomoteur de l'Aéronavale fait un atterrissage forcé sur la commune d'Usson en Forez (Loire).

 

14 janvier 1932, la section de Vol à Voile de Villefranche sur Saône (Rhône) vient d'être formée. Dès la première réunion, 17 inscriptions ont été enregistrées, dont celles de plusieurs pilotes qui pourront aider de leurs conseils les jeunes élèves.

 

21 janvier 1932, au cours de la réunion au Café Central, le Comité actif de la section de vol à voile de Villefranche sur Saône a été constitué : MM. le Docteur Meyer, capitaine-aviateur de réserve, Président, Renon et Bonthoux,vice-présidents, Chapeaux, constructeur et conseiller technique, Odot, secrétaire.

 

21 février 1932, premier service aérien Lyon-Cannes par Air Union.

          

25 févvrier 1932, le sergent Cruchant du 35ème Régiment d'Aviation de Bron est descendu en parachute au-dessus du cimetière de Vénissieux (Rhône) tandis que son avion s'écrasait sur le sol non loin de là.

 

février 1932, la Section Lyonnaise de vol à voile est créée, sous la présidence de Jean Blain. Son siège se situe à la Brasserie Grôlée à Lyon. Disposant d’un planeur Chapeaux et d’un Sellier en construction, elle fait évoluer ses appareils, au cours des week-ends, sur un terrain militaire à Sathonay.

 

14 mars 1932, à Chamonix (Haute Savoie), capotage d’un avion militaire doté de skis.piloté par le  Capitaine Ruby du 35ème Régiment d’aviation.

 

17 mars 1932, à l'occasion du IIIème Congrès International de Technique Sanitaire et d'Hygiène qui s'est tenu à Lyon, les Amis de l'Aviation sanitaire ont organisé, la semaine dernière, à l'aérodrome de Bron, une présentation d'appareils aménagés pour le transport de blessés.

 

avril 1932, à Scintrier (Hauye-Savoie), atterrissage d’un Potez suisse n°864, piloté par Henri Hafer, au lieu-dit «Viviers».

 

30 juin 1932, un appareil du 29ème Régiment d’Aviation de Nancy atterrit assez brutalement près de Vaulx en Velin (Rhône). Le pilote, l’adjudant-chef Dauphon, deux mitrailleurs et un mécanicien sont indemnes, mais l’appareil est détruit.

 

20 juillet 1932, à Randens (Savoie), atterrissage d’un avion en panne d’essence. Le pilote, William Atvader, de nationalité américaine, parti de New York, le 12 mai, effectuait un Tour de l’Europe. Il repart à 17 h 30 en direction de Lyon-Bron.

 

20 juillet 1932, à Saint Matin de la Porte (Savoie), vers 14 h 30, un Hanriot-Lorraine H 431, n°43 appartenant au 35ème Régiment d’aviation de Bron parti de Challes les Eaux se fait plaquer au sol par un rabattant. L’avion est détruit. Deux aviateurs blessés : Lieutenant René Faure, pilote et sergent-chef Armand Molière, originaire de Beaufort sur Doron (ce dernier fera une carrière dans l’Armée de l’Air, en 1944, il servira au sein des unités de Marauders B 26).

 

30 juillet 1932, lors des fêtes aériennes de Bourg en Bresse, le Potez 36/13, n°2720, immatriculé        F-ALTY, « Ville de Bourg », appartenant à l’Aéroclub de l’Ain s’écrase dans la forêt de Seillon, à proximité de Bourg en Bresse (Ain). Le pilote Geiger et son passager Parpillon sont indemnes.

 

août 1932, vers 15 h 15, un Gourdou-Lesseure de la 5ième  Escadre de chasse de Bron, piloté par le sergent-chef Payen, s’écrase dans la cour de l’usine de soie artificielle à Saint Maurice de Beynost, (Ain), à la suite d’une perte de vitesse. L’appareil est complètement détruit, mais le pilote est indemne.

 

7 août 1932, au lieu-dit 'Les Essarts' sur la commune d'Ouches (Loire), organisation par l'Aéro-club du Roannais d'un meeting international d'aviation.

 

18 septembre 1932, à Viry (Haut-Savoie), le pilote Diod, venant de Lyon-Bron, à bord du Hanriot HD 32, n°01, immatriculé F-AGCG, est surpris par la tempête. En se posant, l'appareil est dévié de sa trajectoire et se retrouve sur une voiture. Le pilote est indemne.

 

24 octobre 1932, est créé le Club de Vol à voile d'Annecy sur un terrain à la Combe de Silingy (Haute Savoie). La formule du Pou du Ciel se développant en 1934 au sein du Club, celui-ci trouve un autre terrain à la Balme de Silingy au début de 1935. Le 25 mars 1935, le Club de vol à voile d'Annecy fusionne avec l'Aéro-club de la Haute-Savoie pour former le Club d'Aviation légère d'Annecy (CALA). Une dissidence au sein de ce club donne naissance à Annecy-Aviation. A Poisy, localité située à proximité de la Combe de Silingy, s'est créé le 4 novembre 1935, le Club de vol à voile de Poisy. Les vélivoles d'Annecy-Aviation rejoignent celui de Poisy.

 

29 octobre 1932, un avion anglais DH 16910 A assurant une liaison entre Cannes et Lyon, s’écrase par temps de brouillard à La Balme de Rencurel, dans le Massif du Vercors (Isère). Les deux occupants de l’appareil, d’origine italienne, sont tués : il s’agit du pilote Maurice Natan et de Georges Montefiore, Consul du Guatemala à Rome.

 

octobre 1932, un hangar d'une surface de 2000 m2, d’une conception hardie due à l’Ingénieur Caquot, est utilisé pour abriter les appareils de l’ACRSE et d'Air Union sur l'aéroport de Bron.

 

20 novembre 1932, par suite d'un important enneigement, Monsieur Julliard, par ailleurs, directeur d'une entreprise d'autocars, survole en avion, à basse altitude, des communes de Haute Maurienne (Savoie) pour y distribuer des prospectus. Cela lui donne l'idée d'étudier une liaison aérienne Chambéry-Modane pour distribuer du courrier et du ravitaillement.

 

23 décembre 1932, la Société lyonnaise de vol à voile et planeurs propulsés est déclarée en Préfecture du Rhône. On peut considérer que cette dernière association a absorbé celle créée en février 1932. Elle a pour siège la Brasserie Grôlée à Lyon, son président actif est Jean Blain, et dispose du même matériel. Le président d’honneur de cette association est Monsieur Cantournet, directeur de la Société Cotelle et Foucher, fabricant de l’eau de Javel La Croix à Sathonay. Parmi les membres du conseil d’administration de la Société lyonnaise de vol à voile et planeurs propulsés, Frémion, mécanicien à la Société Cotelle et Foucher, en est la cheville ouvrière. Il est à l’origine du développement des sports aéronautiques au parc Genevrey.

 

29 décembre 1932, création à Lyon, siège 114 rue Tête d'Or, de l'Association Française de Propagande Aérienne.

           

7 janvier 1933, Emile Chapeaux, ingénieur, chef d’un bureau d’études dans une entreprise de constructions mécaniques caladoise, conçoit dans les années 1930, un type de planeur d’avant-garde qui sera utilisé dans 25 sections de vol à voile en France. Le 7 janvier 1933, il confie son planeur à Georges Burlaton de l’Aéro-Club du Rhône et du Sud-Est-est afin d’étudier les ascendances dans les Monts d’Or (Rhône). L’appareil est remorqué jusqu’à une altitude de 1000 mètres sur les pentes du Mont Verdun, puis évolue sur Chasselay et Montluzin, pour enfin se poser dans la plaine des Chères, après 21 minutes et 3 secondes de vol. Aussi décide-t-il un compagnon de travail, Monsieur Odot, de créer un aéro-club à Villefranche, puisqu’il existe déjà une section de vol à voile à Belleville sur Saône. Sous la présidence d’Auguste Meyer, ancien pilote de chasse en 1914-1918, un terrain est aménagé en bord de Saône au lieu-dit « Le Colombier », près de Anse (Rhône). Un Caudron G 3 sera acheté, puis un Potez 36. L’aéro-club ouvre une école de pilotage à moteur en 1934. Un hangar métallique est installé sur le terrain, celui-ci est inauguré en juin 1935 lors d’un grand meeting. En 5 ans, de 1934 à 1939, le club a fait passer 19 brevets de pilote à moteur et comptabilise 1237 heures de vol.

 

13 janvier 1933, capotage d’un avion de chasse de la base aérienne de Bron, au moment où il atterrissait dans un champ, au lieudit « Léman », à Vaulx-Millieu, près de Bourgoin (Isère). Le pilote, le Sergent Edmond Le Mouellic trouve la mort dans cet accident

 

27 janvier 1933, Hélène Boucher est de passage à Bron.

 

5 et 12 février 1933, la section de vol à voile de l'aéro-club de Vienne (Isère) a consacré ses séances d'entraînement à la mise au point du lancement par treuil. Les moniteurs Leignardier et Besse dirigeaint ces premiers essais.

 

21 février 1933, M. Pierre Cot, Ministre de l'Air visite la base aérienne de Bron.

12 mars 1933, la Société lyonnaise de Vol à voile et de Planeurs propulsés, réunie sur son terrain de Rillieux-Genevrey (Ain), a terminé la mise en main des commandes du planeur à ses élèves. Ont rempli toutes les conditions pour passer l'entraînement supérieur : Fournier, Frémion, Micheletta, Goddé, Thovex, Guillemaud, Salmona, Beluze. La prochaine réunion aura lieu au terrain où les départs se feront à partir d'une butte de 20 mètres, libre dans tous les sens.

 

14 mars 1933, dans la matinée, lors d’un vol d’entraînement, le Gourdou-Lesseure n°7 du sergent Edouard Garet appartenant à la 3ème escadrille de la 5ème escadre de chasse de Bron, se met en vrille à la verticale du terrain de Bouthéon (Loire). L’appareil s’écrase au sol et le pilote est tué. Edouard Garet, originaire de Mornand, près de Boën sur Lignon, totalisait 600 heures de vol. 

 

25 mars 1933, l'Aéro-club de l'Ain a reçu son Potez 36, baptisé 'Ville de Bourg' à partit des usnes Potez à Méaulte (Somme). Il a été piloté par Colombaut, professeur à l'Ecole professionnelle de Bourg en Bresse.

 

mars 1933, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-est  a rencontré à la Foire de Lyon, le succès le plus complet. Son stand a été très remarqué.

 

avril 1933, le terme d'Armée de l'Air se substitue à celui de l'Aéronautique militaire

 

20 avril 1933, deux touristes aériens suisses qui étaient venus de Genève à Lyon ont fait une chute sur l'aérodrome de Bron au moment où ils redécollaient. M. Veneux, pilote, a été grièvement blessé, M. Vuignat, avocat à Genève, est mort des suites de ses blessures.

 

25 avril 1933, des exercices de défense passive ont lieu sur le terrain d'aviation de Bron.

 

mai 1933, à la Société Lyonnaie de Vol à Voile et de Planeurs propulsés à Rillieux-Genevrey (Ain), l'entraînement se poursuit, un deuxième planeur  est en construction.

 

mai 1933, le constructeur Roger Vuillemenot a procédé aux essais du planeur qu'il a  livré au club de vol à voile d'Annecy. (Haute-Savoie).  Il s'agit d'un planeur école A.E 11 Vuillemenot.

 

mai 1933, sur le terrain du Colombier à Anse (Rhône), les vols sur planeur E. Chapeau se poursuivent. Branciard a effectué un vol de 5 à 600 mètres, Picot, Botton et Lempereur ont volé.

 

mai 1933, Jean Bedot vient de constituer, sur le terrain d'Ambérieu en Bugey (Ain), un Centre d'Instruction au Vol à voile doté d'un planeur E. Chapeau.

 

7 mai 1933, les Ailes Rhodaniennes de Valence (Drôme) et l'Aéro-club de Romans (Drôme) organisent une grande séance de propagande. Présentation du nouveau planeur du club, un biplace à double commande 'Chanteclerc' piloté par Géo Fugier.

 

11 mai 1933, création de l'aérodrome de Roanne à Bois-Combray sur les communes de Saint Léger sur Roanne, Saint Romain la Motte, Pouilly les Nonains et Riorges. (Loire).

 

16 mai 1933, sous la Présidence d'Honneur de l'Abbé Michaud, lieutenant-colonel d'aviation, création d'un groupement d'aviation des scouts lyonnais, dénommés 'Troupes de Scouts de l'Air', affilié à l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est.

 

juin 1933, l'Aéro-club oyonnaxien s'est constitué sous la Présidence du  Dr. Bérard. Le club s’active de faire homologuer le terrain en vue de l'achat d'appareils.

 

juin 1933, l'Aéro-club de Vienne (Isère) organise une conférence de Gilbert Sardier, le pilote auvergnat,  Cette manifestation suivie d'un concert est radiodiffusée sur les ondes par  le poste de diffusion de Lyon-La Doua. Une première... !

 

11 juin 1933, l'Aéro-club du Mont Blanc organise sur l'aérodrome de Passy-Le Fayet (Haute Savoie) un meeting d’aviation Une trentaine d'appareils participent à cette manifestation présidée par M. Pierre Cot, Ministre de l'Air.

 

16, 17 et 18 juin 1933, Journées Internationales d'Aviation de Lyon, en présence de M. Pierre Cot, Ministre de l'Air, au cours desquelles aura lieu le Concours d’acrobatie aérienne organisé par l'Aéro-club Rhône et du Sud-est et doté de 100.000 francs de prix, ainsi que le Concours International d'avions commerciaux.

 

juillet 1933, l'Aéro-club de Vienne (Isère) a fait l'acquisition d'un Potez 36.

 

juillet 1933, à Lyon, vient de se constituer l'Amicale des constructeurs-amateurs (A.C.A), adeptes du H.M 8  proposé par Henri Mignet. Présidée par Bernard Laroche, son siège social se situe au Café E. Flamand, 7 rue Malesherbes à Lyon.

 

du 10 juillet au 10 septembre 1933, la Compagnie Aérienne Française (CAF) assure une liaison aérienne quotidienne entre Vichy et Bron.

2 juillet 1933, M. Burlaton, membe de l'Aéro-club du Rhône et du Sud-est, participera avec son Caudron Phalène VI aux 12 Heures d'Angers.

 

17 juillet 1933, vers 15 heures 10, un avion de tourisme piloté par Stockling, appartenant au « Topsy Club » de Genève, évolue à basse altitude sur le terrain de Bron. Probablement à la suite d’une perte de vitesse, l’appareil pique vers le sol et s’écrase. Le pilote et son passager Charles Carrey, professeur à la Faculté de Lyon, trouvent la mort.

 

22 juillet 1933, l'Aéro-club de l'Ain organise un Rallye gastronomique au départ du terrain des Vennes à Bourg en Bresse (Ain).

 

14 août 1933, Paul Codos et Maurice Rossi, à bord du Blériot 110, immatriculé F-ALCC, baptisé 'Le Joseph Le Brix' se posent à Bron. Ils viennent de battre le record du monde de distance en effectuant le vol de New York à Rayack (Syrie), soit 9.100 kilomètres en 55 heures.

 

août 1933, création d'Air France,  suite à la fusion des compagnies aériennes françaises.

 

septembre 1933, la section de Vol à voile des Ailes Rhodaniennes à Valence (Drôme) possède un vaste hangar offert par M. Pierre Cot, Ministre de l'Air. La sectionne fonctionne sous la compétence des moniteurs Fugier et Charasse.

 

septembre 1933, à Jujurieux (Ain), un groupe de fervents de l'aviation termine le montage d'un planeur.

           

9 septembre 1933, un avion militaire du Centre d’Aviation de Metz qui revenait de Yougoslavie après avoir participé au raid Paris-Belgrade a atterri, vers 17 heures, sur la commune de Sandrans (Ain), au lieu-dit « Le Bassay ». Les occupants de l’appareil, le capitaine François, attaché au Ministère de l’Air et le lieutenant Genin sont fortement commotionnés.

 

octobre 1933, à Ambilly (Haute-Savoie), un avion suisse fait un atterrissage.

 

1er octobre 1933, l'Aéro-club d'Oyonnax organise un meeting d'aviation auquel participe les pilotes Delmotte, Bornand, Lemoigne, Burlaton, Scordel et les pilotes locaux Vallet et Patel. 16.000 spectateurs ont vu le sous-préfet de Nantua arriver en avion piloté par Vallet.

 

12 octobre 1933, création d'un aérodrome sur la commune d'Arbent, proche d'Oyonnax (Ain). En 1932, Eugène Vallet, pilote de la Première Guerre mondiale, pour faire voler son avion, loue un grand pré dans la plaine d'Arbent, près d'Oyonnax (Ain). Cet aérodrome privé est réservé aux seuls membres du club local.   Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de nouvelles parcelles sont acquises et permettent une ouverture à la Circulation Aérienne Publique qu'en 1953. Sous l'impulsion de Jean Couty, Président de l'aéro-club, la Municipalité d'Oyonnax, propriétaire des terrains, devient gestionnaire de l'aérodrome et va développer celui-ci.

 

20 octobre 1933, dans la matinée, un Potez 25 piloté par le caporal-chef Jean Gisclon avec pour passager l’adjudant-chef mécanicien Dulac vole de Clermont-Aulnat vers Lyon-Bron. Les sommets des Monts du Forez sont dans le brouillard alors que l’appareil connaît des difficultés de moteur. Le pilote hurle à son passager de sauter en parachute avant de sauter lui-même. Au sol, Giscol est ‘sonné’ et Dulac sérieusement commotionné. Accourus, des villageois les transportent vers Cervières (Loire). En 2007, Jean Gisclon, ancien rédacteur de chef de la Revue « Pionniers » est membre des Vieilles Tiges.

 

6 novembre 1933, le trimoteur Wibault 282 T n° 5, « The Golden Clipper », immatriculé F-AMHO, dénommé « Le Téméraire », appartenant à Air France qui assure la liaison aérienne commerciale Paris-Lyon, fait un atterrissage forcé, suite à une panne de moteur, sur la commune de Saint Trivier sur Moignans (Ain), au lieu-dit « Les Caronnières ». Le pilote Casanova, le radio Charty et les huit passagers sont indemnes, mais l’appareil a subi de gros dégâts.

 

novembre 1933, inauguration du nouveau siège social de l'Aéro-club du Rhône au 30 bis place Bellecour à Lyon.

 

novembre 1933, la Société lyonnaise de Vol à voile et Planeurs propulsés devient désormais Les Mouettes Lyonnaises. L'entraînement a repris sous la direction du moniteur Fiennou et un treuil vient d'être acheté.

 

décembre 1933, aux Ailes Rhodaniennes à Valence (Drôme), il a été évoqué l'aménagement du terrain de La Trésorerie en base aérienne. La section de Vol à moteur possède un Hanriot 14 et un Caudron C 60.

 

4 décembre 1933, création des Cercles Aériens Régionaux (CAR) chargés de l'entraînement des pilotes de réserve. C'est ainsi qu'est créé à Bron, le Groupe Aérien Régional 514 (GAR 514) qui se scindera en septembre 1938 en :

            Groupe aérien d'observation 514 (GAO 514) pour l'entraînement des pilotes-réservistes de reconnaissance/observation ;

            Groupe aérien régional léger 562 (GARL 562). pou l'entraînement des pilotes-réservistes de de chasse.

 

décembre 1933, Air France exploite Paris-Lyon-Marseille sept jours sur sept en Lioré 213, Breguet 280 et Breget 284 ; Lyon-Cannes, en correspondance avec le Paris-Lyon-Marseille, quotidien en Breguet 280 ; Lyon-Genève, quotidien sauf le dimanche, en Breguet 280, en correspondance avec le Paris-Lyon-Marseille.

 

décembre 1933, l'Aéro-club de Romans prend possession de son nouveau terrain au quartier des Chasses sur la commune de Saint Paul les Romans (Drôme).

 

1933, sur l'aérodrome de La Trésorerie à Chabeuil (Drôme), l’Aéro-club de Valence et les Ailes Rhodaniennes donnent un nouveau souffle à l'aviation locale.

 

5 janvier 1934, les avions de la Croisière Noire, de retour d'Afrique, font escale à Bron

20 janvier 1934, création d'un aérodrome privé au lieu-dit 'Les Bruyères' sur la commune de Reyrieux (Ain). Cet aérodrome, animé par Claude Ménétrier, est ouvert aux passionnés 'd'avionnettes' ou 'pou du ciel' selon la méthode préconisée par Henri Mignet. Il est considéré comme le 'Premier terrain privé amateur de France'. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Amicale de l'Aviation Légère qui gère cet aérodrome le juge trop éloigné de Lyon et lui préfère celui de Satolas. L'aérodrome des Bruyères est abandonné dans les années 1980.

fin janvier 1934, à Chamonix, un appareil  à skis, piloté par le chef-pilote de l’Aéro-club du Mont Blanc Pierre Serge, capote à l’atterrissage.

1er février 1934, Grenoble va avoir son aéroport. Il faut féliciter de cet heureux évènement l'actif Président de la Chambre de Commerce M. Keller, le sénateur Perrier et le Docteur Martin maire de Grenoble, ainsi que le Conseil d’Administration tout entier. C'est en 1928, que M. Blanchet, alors Président de la Chambre de Commerce, créa une association au capital de 4 millions de francs, souscrits moitié par la Chambre de Commerce, le tiers par la ville de Grenoble, et le sixième par le département, avec un Conseil d'Administration comprenant trois membres du Conseil Général de l'Isère, trois de la ville de Grenoble et trois de la Chambre de Commerce. Le terrain est situé à 2, 5 kilomètres de la ville et d’une surface de 45 hectares. Les travaux d'aménagement débuteront incessament.

8 février 1934, Lyon et Paris vont être reliés à Turin. La compagnie aérienne Banco qui dispose de trois avions : un trimoteur Ford, un Dragon et un Percival, est prête à exploiter un service Londres-Turin avec escale à Paris et éventuellement Lyon.

 

fin février 1934, à Gilly sur Isère (Savoie), un Potez 25 de la base aérienne de Bron atterrit en panne de moteur à proximité de Gilly. Sergent de Bernardy pilote et observateur, Lieutenant Potier.

 

15 mars 1934, l'Aéro-club du Dauphiné possède trois avions et ne compte qu'une trentaine de membres, dont la moitié sont des pilotes. Les Ailes Dauphinoises, société dissidente de l'Aéro-club du Dauphiné, regroupe surtout des pilotes de réserve. Le Club Dauphinois de Vol à Voile est une filiale de l'Aéro-club du Dauphiné.

 

22 mars 1934, à Roanne (Loire), sous les auspices de l'Aéro-club Roannais, le Général Girier a fait une conférence sur la Croisière Noire. Le jeune club vient d'obtenir les subventions nécessaires à l'aménagement d'un terrain, et de pouvoir faire voler l'avion 'Ville de Roanne II'

 

29 mars 1934, l'Aéro-club de la Drôme participera à la Foire-Exposition qui aura lieu à Montélimar (Drôme) du 11 au 14 mai. Une escale est prévue dans cette ville, le 12 mai, lors du rallye organisé par l'Aéro-club du Rhône.

 

2 avril 1934, à Beaufort sur Doron (Savoie), suite aux mauvaises conditions météorologiques, un avion anglais capote en atterrissant. Peu de dommages. Le pilote William Lyle avec pour passagère Miss Julia Ladell, venait de Paris et se rendait au Fayet.

 

5 avril 1934, les Mouettes de l'Ain, Groupement de Vol à voile de Rillieux-Genevrey (Rhône) vient de remanier son bureau. Président, Louis Fournier ; Vice-président, Frémion ; Secrétaire général, Louis Guillermaud ; Secrétaire adjoint, Louis Thevex ; Trésorier, Micheletta. Le siège est fixé au 'Loup Pendu' avenue de Rillieux à Rilleux (Ain).

 

5 avril 1934, à la Foire de Lyon, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est bénéficie du concours de quatre constructeurs pour garnir son stand. On y voit un Caudron-Phalène-Bengali et un avion Potez avec lequel Maryse Bastié a couvert 40.000 kilomètres ; Renault expose un moteur Bengali et Hispano-Suiza un moteur en étoile de 150 cv.

 

19 avril 1934, l'école de pilotage Les Ailes Rhodaniennes va ouvrir dans quelques jours. On procède au montage d'un Hanriot 14.

 

26 avril 1934, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est vient de faire éditer un manuel du mécanicien à l'usage des Ecoles prémilitaires. Son prix est de 5 francs. La Section d’aérostation du club sera dotée prochainement d'un ballon de 600 m3.

 

26 avril 1934, le club de Romans abandonne le terrain des Bérauds et prend possession d'un autre terrain au quartier des Chasses, d'une superficie de 21 hectares et doté de deux pistes d'envol, l'une de 600 mètres et l'autre de 520 mètres.

 

26 avril 1934, depuis bientôt un an, fonctionne à Lyon, sous le patronage de l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est, un Groupement des Scouts de l'Air, créé par M. François Chazal.

 

2 avril 1934, à Beaufort sur Doron (Savoie), suite aux mauvaises conditions météorologiques, un avion anglais capote en atterrissant. Peu de dommages. Le pilote William Lyle avec pour passagère Miss Julia Ladell, venait de Paris et se rendait au Fayet.

 

2 mai 1934, l'Aéro-club de Villefranche (Rhône) a été fondé au début de 1932 par MM.Odot et Chapeaux, le constructeur bien connu. A ses débuts, le club s'est orienté vers le vol à voile et enfin d'année trois élèves sont brevetés A. Son bureau est constitué ainsi : Président, Dr. Meyer ; vice-présidents, Renom et Bonthoux ; secrétaire, Odot ; Présidents d'honeur, Sève et Jourdan. Le premier breveté du club est Tremblay. Le premier terrain fut celui du Colombier à Anse où sera construit un hangar. En attendant de voler sur ce terrain, les élèves s'entraînent sur l'aérodrome de Macon. Le 10 mai, un rallye organisé par la Fédération des aéro-clubs du Sud-Est se posera sur ce terrain.                                                               

                                      Emile Chapeaux et son planeur

 

Chapeau.jpg

3 mai 1934, au cours du mois d'avril, l'activité aérienne de l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est a été de 44 heures. De nombreux propriétaires ont volé sur leurs appareils : MM. Lumière, Burlaton, Faidide, Gignoux, Chatin, Dr. Meyer. L'école de pilotage a lâché MM. Salmona et Brun qui ont passé leur brevet 1er degré. 100 baptêmes de l'air ont été donnés sur le Farman 190 du club.

 

3 mai 1934, M.  Roger Boulle, premier délégué aérien de la Drôme, a pris en main l'organisation du réseau avec une particulière énergie. Il publie dans la presse locale des articles remarqués sur l'aéronautique.

 

3 mai 1934, M. Maurice Pellet, de Grenoble, vient d’obtenir qu’une rubrique aéronautique régulière soit publiée dans l'hebdomadaire propos d'Ici et d'Ailleurs. MM. Marcel Sorrel et Emile Rostaing, Délégués dans la Drôme, continuent une excellente chronique aéronautique dans le Courrier de Tournon et dans l'Echo de Largentière.

 

6 mai 1934, l’Aéro-Club du Dauphiné (ACD) organise un meeting d’aviation sur l'aérodrome de Chambarand-Marcilloles (Isère) pour marquer l’inauguration de l’Aéro-club de la Bièvre sur ce terrain.  L'Etat louait depuis 1918 un terrain de 35 hectares au lieu-dit 'Les Burettes' sur la commune de Marcilloles (Isère) afin de permettre aux avions militaires de se poser lors des manœuvres au Camp de Chabarrand. Ce n'est qu'en 1934, que les expropriations surviennent afin de créer un terrain militaire qui sera loué à l'Aéro-club du Dauphiné.

 

21 juin 1934, le Général Weygand, Inspecteur Général de l'Armée, piloté par le Capitaine Terrasson, a visité le Cercle Aérien de Lyon sur l'aéroport de Bron. A la fin de ce mois, les 19 Cercles régionaux seront pourvus d'un Hanriot 436.

 

28 juin 1934, sur le terrain de Chambéry-Voglans (Savoie), un avion appartenant à l’Ecole des Remous de Challes les Eaux (4ème escadrille du 35ème Régiment d’aviation) se pose en panne de moteur, près du chantier du futur aérodrome de Chambéry-Aix (marais de Voglans). Légers dégâts à l’appareil. Le Capitaine Margan pilote est indemne, le Lieutenant Legouvelle, observateur, légèrement blessé

 

5 juillet 1934, sur le terrain de Passy (Haute-Savoie), la station-service H. Potez organise régulièrement des excursions sur le Massif du Mont Blanc

 

5 juillet 1934, à l'Aéro-club de Villefranche (Rhône), Jean Tremblay vient d'être breveté, ce qui porte à trois le nombre des brevetés au club depuis un an, trois autres élèves, Henri et Marius Barraud et Germain sont à l'entraînement.

 

dans la nuit du 6 au 7 juillet 1934 à 23 heures, un bimoteur de bombardement de la 22ème escadre de Chartres a été obligé d'atterrir dans une carrière près de Bron. L'adjudant Berguez et le sergent Rault ont été blessés.

 

14 et 15 juillet 1934, à Lamastre (Ardèche), grande fête d'aviation organisée par le Syndicat d'Initiatives, dans pré des 'Baraques’, avec la participation des pilotes régionaux.

 

17 juillet 1934, des essais de Morane 230, équipés de skis, sont réalisés sur le terrain des Praz à Chamonix, par les pilotes d'essais Marcel Storm et Paul-René Gauthier.

 

26 juillet 1934, à l'Ecole René Caudron d'Ambérieu en Bugey (Ain), tous les élèves-boursiers ont terminé leurs épreuves du brevet. Dès le lendemain, ils commençaient les vols de perfectionnement avant de partir en permission.

 

28 et 29 juillet 1934, un meeting organisé par l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est a eu lieu à Bron.

 

16 août 1934, au cours d'une récente réunion, deux nouveaux membres ont été admis au Comité de Direction de l'Aéro-club de la Drôme. Ce sont : M. Pierre Salomon, Président de l'Aéro-club de l'Ardèche, et de M. Marcel Gaudy. Monsieur Siaux, Président du club, par suite de ses nombreuses occupations a dû donner sa démission et a été nommé Président d'Honneur. M. Adolphe Chalon le remplacera dans ses fonctions de Président. A l'issue de cette réunion, il a été décidé la constitution d'une école de pilotage commune aux deux clubs de la Drôme et de l'Ardèche. Celle-ci fonctionnera prochainement sur le terrain de Montélimar-Ancône sous la direction du chef-pilote Pierre Espiard. Une dizaine d'élèves se sont déjà inscrits.

 

1er  septembre 1934, vers 13 heures, une escadrille de cinq Nieuport 622 de l’Escadre de chasse de Bron regagne sa base après des manœuvres au Bourget. Un appareil a des difficultés, au-dessus de la région d’Ouroux, soudain son moteur s’arrête. Alors que la manœuvre d’atterrissage forcé semble tout d’abord réussir, l’appareil heurte un arbuste en bordure d’un pré voisin de la ferme des « Jambons » sur la commune d’Ouroux (Rhône). Le pilote, le Lieutenant Vigourouc, grièvement blessé, décède quelques instants plus tard. Ce Lieutenant, originaire de Saint Etienne, commandait la première escadrille de la 5ème Escadre de Chasse de la base de Bron.

 

13 septembre 1934, un ancien pilote ayant appartenu à l'escadrille des Crocodiles, M. Fernand Argoud vient de terminer la construction d'un monoplan équipé d'un moteur de motocyclette Harley-Davidson. L'appareil, un monoplan de 8 mètres d'envergure pèse 160 kg en ordre de marche. Le constructeur se propose de faire régulièrement homologuer son prototype. Si les essais confirment ses espoirs, il a l'intention de créer une école de pilotage, en collaboration avec l'Aéro-club de la Bièvre sur l'aérodrome des Burettes, près de Marcilloles (Isère)

 

20 septembre 1934, la Police de l’Air possédait un seul commissaire spécial au Bourget. Désormais, des commissaires spéciaux seront en place dans les aéroports de Marignane, Toulouse, Bron et Strasbourg.

 

20 septembre 1934, la Société des Films Paramount a confié à la station-service Potez de Passy-Mont Blanc (Haute Savoie) la tâche de faire survoler le massif alpin à ses opérateurs en cours de prises de vues cinématographiques.

 

25 septembre 1934, l'Aéro-club des Alpes françaises se joint au Club Aéronautique savoyard d'Aix les Bains pour donner naissance à l'Aéro-club de Savoie à Chambéry.

 

4 octobre 1934, cinq avions Hawker d’une escadrille irakienne commandée par le capitaine Jowad Baskry sont arrivés au Bourget le 25 septembre. Repartis peu après leur atterrissage, ils ont gagné Bron, puis Marignane où ils sont arrivés le même jour à 17 h 45.

 

1er novembre 1934, sur les aéroports de Bron et de Marignane, gérés par les Chambres de Commerce, celles-ci frappent d'une super-taxe l’essence et l’huile vendues sur le terrain, ce qui élève d'autant les frais qu'ont à supporter les usagers de ces aéroports

 

8 novembre 1934, le Centre Aérien Régional de Lyon, implanté sur l'aéroport de Bron, qui se compose d'un Centre d'Observation, d'un Cercle de Chasse et d'une Section d'Entraînement, totalise 1.220 heures de vol.

 

décembre 1934, sur l'aéroport de Bron, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est a effectué 180 vols dont 81 promenades, 30 baptêmes, 5 voyages et 64 vols d'école et d'entraînement Les avions de particuliers ont accompli  91 vols dont 64 promenades, 2 voyages et de nombreux baptêmes. 25 appareils de tourisme ont utilisé l'aérodrome. L'Aéro-club de Villeurbanne a donné 19 baptêmes de l'air.

 

décembre 1934, le trafic de la Compagnie Air France  sur l'aéroport de Bron est : arrivées  77 avions, 310 passagers, 4.577 kg de bagages, 6?924 kg de fret, 982 kg de poste et 140 kg de journaux ; départs 78 avions, 297 passagers, 4.625 kg de bagages, 7.114 kg de de fret, 937 kg de poste et 140 kg de journaux.

 

1934, l'ACRSE rejoint la Fédération des aéro-clubs du Sud-Est.

 

1934, l'Aviation militaire devient l'Armée de l'Air. Le 35ème Régiment d'Aviation mixte donne naissance à trois escadres homogènes regroupées au sein de la 5ème Brigade Aérienne dont dépendent :

            5ème Brigade de chasse composée des Groupes 1/5 et 2/5 à deux escadrilles, qui fera mouvement de Bron vers Reims en 1938 ;

            35ème Escadre d'observation composée des Groupes 1/35 et 2/35 à deux escadrilles :

            55ème Escadre de reconnaissance/observation composée des Groupes 1/55 et 2/55 à deux escadrilles. Ces deux dernières escadres seront toujours présentes sur la base aérienne de Bron à la veille de la mobilisation.

Ces unités sont regroupées au sein de la Base aérienne 105 de Bron. Création à Lyon de la 4ème Région Aérienne qui sera transférée en 1936 à Aix en Provence.

 

1934, grande fête d'aviation à Bron.

 8 janvier 1935, le pilote Delmotte a été reçu à l'Aéro-club du Rhône. Un banquet a été donné en son honneur. Delmotte, titulaire de 5 records du monde de vitesse, a été le premier pilote à dépasser les 500 kms à l’heure, en avion terrestre, en 1934.

 

janvier 1935, sur l'aéroport de Bron, la Compagnie Air France  a vu transité 604 passagers et 24 tonnes de bagages et fret. On doit signaler qu'un radiogoniomètre a été construit sur l’aéroport et mis en service en un temps record de 24 jours, les essais donnent satisfaction.

 

19 février 1935, un appareil de l’aviation maritime se pose à proximité du marais des Echets (Ain) à la suite d’une panne de moteur. Il est piloté par le premier-maître Geugnet de la base d’Orly qui se rend à Hyères.

 

15 mars 1935, le premier ‘Pou' construit par Les Mouettes de l'Ain à Rillieux (Rhône) est terminé, mais il n'a pu faire que de grands bonds car son moteur est capricieux.

 

21 mars 1935, à l'Aéro-club de Villefranche sur Saône (Rhône), l'effectif est passé de 73 membres en 1933 à 141 en 1934. L'aménagement du terrain du Colombier à Anse se poursuit, un hangar a été installé, il comprendra bientôt un atelier et une pompe à essence. Le club a donné à Villefranche 161 baptêmes, ses membres pilotes ont totalisé plus de 100 heures et participé à plusieurs meetings. Le bureau se compose : Docteur Meyer, Président, Bonthoux, Renon et Boyer, vice-présidents, Odot, secrétaire général, Collin, secrétaire adjoint, Jean Tremblay, conservateur du matériel.

 

29 mars 1935, création à Annonay (Ardèche) de l'Aéro-club d'Annonay. Ne disposant pas de terrain localement, les adhérents volent sur le terrain du Creux de la Thine à Saint Rambert d'Albon (Drôme).

 

mars 1935, Maryse Bastié va présenter, aux aéro-clubs de province, le Potez 60 de 60 cv. Arrivée à Troyes le 20 mars, elle devrait passer par Dijon, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Limoges, La Rochelle et Poitiers.

 

avril 1935, un Puss-Moth anglais, se rendant de Londres à Genève, est contraint de se poser, gêné par le brouillard près de Bellegarde sur Valserine (Ain) L’appareil est très endommagé, mais les deux occupants : Ahmed Ibrahim Abdel Razek et son passager Yehia Abeed Salam Le Alaly sont indemnes.

 

4 avril 1935, l'Aéro-club de Romans (Drôme) a pris possession de son nouveau terrain.

 

15 avril 1935, à l'Aéro-club du Dauphiné à Grenoble, M. Georges Blessy, Président du club, a présenté M. Couty de la Compagnie Air-France lors de la conférence sur la liaison France-Amérique du Sud.

 

16 avril 1935, à l'Aéro-club Oyonnaxien à Oyonax (Ain), le Colonel Pierre Weiss a fait une conférence sur l'Aviation au Sahara qui a mis en évidence l'œuvre des aviateurs français. Le club est en pourparlers pour acheter un appareil et pense pouvoir ouvrir prochainement une école de pilotage.

 

19 avril 1935, à l'Aéro-club de Romans (Drôme), après une mise au point difficile, le 'Pou' construit par MM. Berthon et Coste a réussi à effectuer un tour de piste complet.

 

1er mai 1935, sur l'aérodrome de Grenoble-Moirans (Isère), la Société Potez s’est installée, la direction a été confiée au chef-pilote Guenon.

 

19 mai 1935, le sergent-chef Boymond qui se rend au meeting de Viry fait un atterrissage forcé à Thoiry (Ain). L’appareil a capoté, mais le pilote est légèrement blessé.

 

20 mai 1935, le sous-officier de réserve Jean Thibaud qui effectue un vol d’acrobatie, s’écrase sur le territoire de la commune de Genas (Rhône). Le pilote est retiré, grièvement blessé, des débris de son avion.

 

26 mai 1935, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est a organisé un meeting qui a connu un vif succès. Exhibitions des pilotes des clubs voisins, notamment ceux de Vienne et de Villefranche sur Saône, Un Cadron 'Rafale' piloté par Lumière et un autogire piloté par Thibault ont été présentés. M. Henri Lumière, Président du club, a fait une très belle démonstration de haute école aérienne sur son Morane. Les avions du club n'ont cessé de donner des baptêmes.

 

30 mai 1935, l'Aéro-club du Rhône informe que le Rallye du Groupement des aéro-clubs du Sud-Est débutera ce jour et qu'il se poursuivra jusqu’au 2 juin, avec meeting à Chalons sur Saône et Villefranche sur Saône.

 

15 juin 1935, mise en service de la liaison Paris-Rome avec escale à Lyon, exploitée par Air France en pool avec la compagnie italienne Ala Littoria.

 

1er juillet 1935, dans le but d’intensifier le mouvement touristique aérien sur Lyon, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est prend à sa charge la taxe d'usage pour les avions de toute nationalités, appartenant à des touristes ou à des aéro-clubs, qui atterriront sur l'aérodrome de Lyon-Bron. C'est là une très heureuse initiative qui ne manquera pas d'être imitée.

 

16 juillet 1935, les drapeaux sont remis aux nouvelles formations aériennes stationnées sur la base aérienne de Bron.

           

18 juillet 1935, les pilotes lyonnais ayant le désir de voler au meilleur marché possible peuvent adhérer à l'Amicale de l'Aviation Légère, 183 Cours Lafayette à Lyon. L'Amicale constitue actuellement une section spéciale de vol sur Potez 60.

 

été 1935, la liaison Lyon-Cannes supprimée est remplacée par Marseille-Cannes.

 

14 août 1935, à Bassy (Haute-Savoie), un avion de tourisme Morane Saulnier MS 149, n°2, immatriculé F-AMGX, appartenant au Groupe aérien Marcel Lalouette de l’Union des sous-officiers de réserve, piloté par Chatriaud, survole la région de Bassy, près de Seyssel. Suite à une panne brutale, le pilote cherche à se poser, mais l’avion décroche très sec et s’écrase au sol. Le pilote n’est que blessé, mais son passager André Giraud, fils du Général Giraud, trouve la mort dans cet accident.  Une stèle commémorative sur le lieu de l’accident.

 

29 août 1935, M. Burlaton, vice-président de l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est, a été condamné par un tribunal roumain à six mois de prison pour avoir essayé de passer en fraude des soieries lyonnaises.  Histoire navrante qui paraît avoir été démesurément grossie.

 

1er septembre 1935, inauguration de l’aérodrome de Roanne.

 

5 septembre 1935, la Cour d'Appel roumaine a cassé le jugement qui condamnait M. Burlaton à la prison pour contrebande de soierie. Celui-ci a été acquitté.

 

18 septembre 1935, à l'aérodrome de Challes les Eaux (Savoie), le Mignet HM 14 « Pou du Ciel », n°74, construit à Annecy est détruit. Le pilote François Dumont est indemne.

 

26 septembre 1935, à son retour d'une période militaire comme pilote-estafette, M. Fougeret, Secrétaire Général de l'Aéro-club de Provence a vu son appareil connaître une défaillance de moteur et obligé de se poser du côté de Valence (Drôme).

 

26 septembre 1935, il y a quelques mois, M. Blain et Mlle. Dumont créait à Lyon l'association 'Les Ailes Françaises', dont ils étaient les seuls adhérents Ils organisaient des manifestations de propagande au bénéfice d'œuvres de bienfaisance et des 'Ailes Brisées', mais conservaient les sommes à leur profit.  A la suite d'une loterie illicite, le Parquet de Lyon a ouvert une enquête et l'arrestation des escrocs. Suite à une plainte des 'Ailes Brisées', M. Blain a été condamné à 4 mois de prison et Mlle. Dumont à 4 mois de prison avec sursis et à payer conjointement 20.000 francs de dommages et intérêts aux 'Ailes Brisées'. Les justiciables ont fait appel.

 

septembre 1935, création de l'Aéro-club Féminin, siège social au 55 rue Molière à Lyon.

durant le mois d'octobre 1935 à Bron, 55 pilotes privés ont utilisé l'aéroport de Bron et 1.222 passagers d'Air France, 12 tonnes de fret en transit, 3 pilotes privés brevetés, les membres de l'ACRSE ont pu utiliser les deux nouveaux monoplans Aiglon récemment acquis, 15 voyages ont été effectué par des propriétaires d'appareil.

 

 27 novembre 1935, à Bron, passage du Capitaine Griffith, Attaché à l'Ambassade des Etats Unis.

 

30 novembre 1935, passage à Bron du Capitaine Thoret sur motoplaneur SFAN venant de Dijon et se dirigeant vers Montélimar.

 

durant le mois de novembre 1935 à Bron, 35 pilotes privés ont utilisé l'aéroport de Bron, 621 passagers d'Air France, 12 tonnes de fret en transit.

 

4 décembre 1935, vers 14 heures, au cours d’une mission d’exercice mitrailleuse-photo, un Breguet 27 s’écrase au sol entre Décines et Meyzieu (Rhône). Il s’agit du Bréguet 27 A 2 n°17 de la 2ième escadrille du Groupe de Reconnaissance 2/55, qui se met en vrille et pique au sol. Le Caporal Rolly est projeté dans le vide et descend en parachute, alors que le pilote, le Sergent Laurens, s’écrase au sol avec l’appareil.

           

4 décembre 1935, dans l'après-midi, un Breguet 27 de la base de Bron a été pris dans une bourrasque alors qu'il passait à quelques kilomètres de Genas. (Rhône). Il a soudain piqué au sol où il s'est écrasé. Le sergent pilote Fernand Laurent a été tué sur le coup, le caporal-mitrailleur Rolly, arraché du siège,  a été sauvé par son parachute.

 

5 décembre 1935, à l'Aéro-club d'Annonay (Ardèche), sur le terrain de Saint Rambert d'Albon (Drôme), le moniteur Chapeau avec ses 18 élèves inscrits, quatre ont été brevetés cette semaine : MM. de Montgolfier, Faure, Siterre, Texturier. Ces 4 derniers mois, il a été effectué 190 baptêmes de l'air et 8 voyages.

 

29 décembre 1935, un Caudron C 600 Aiglon appartenant à l’Aéro-club du Rhône, piloté par Joseph Albert, avec pour passager Marcel Levrat, suite à un passage à très basse altitude, s'écrase au lieudit «Le Mollard» sur la commune de Cormoranche, près d'Haauteville-Lompnes (Ain), dans la propriété de son beau-frère : deux morts.

 

1935, l'Aéro-club du Rhône, malgré la perte de deux appareils, totalise 805 heures de vol avec neuf appareils, 17 brevets 1er degré ont été obtenus, 92 pilotes ont utilisé les appareils du club et 1.671 baptêmes donnés.

 

1935, l'Aéro-club de Villefranche sur Saône (Rhône) a terminé son installation sur l'aérodrome du Colombier à Anse et a acquis un hangar. Ses quatre appareils ont participé à six meetings et donné 329 baptêmes de l'air et totalisé 169 heures de vol à moteur.

 

1935, l’Ardèche étant une région montagneuse où les terrains propices aux atterrissages sont extrêmement rares, l'Aéro-club de l'Ardèche a tourné la difficulté en s'installant sur le terrain d'Ancône appartenant à l'Aéro-club de la Drôme. Cet aérodrome, créé en 1925, par l'Autorité militaire comprend un poste de météo, de TSF, des pompes à huile et à essence, un vaste hangar et un buffet. Les deux clubs ont créé une école de pilotage et acquis un Potez 36.  Grâce au désintéressement du chef-pilote Pierre Esiard et avec la participation des deux clubs le coût du brevet 1er degré est de 2.500 francs, et 16 élèves s'entraînent pour l'acquérir. Toutefois, l'Aéro-club de l'Ardèche, présidé par Pierre Salomon, a présenté à la Chambre de Commerce d'Aubenas un projet d'aérodrome. En ce qui concerne le nord du département de l'Ardèche avec la ville d'Annonay, rien n'a été fait, à part deux meetings. Enfin à Tournon, quelques adeptes de Mignet ont bon espoir de voir se réaliser leur modeste rêve : pouvoir voler à bon marché.

 

1935, Joseph Thoret tente la traversée des Alpes à bord d'un appareil plus léger qu'en 1926, l'avionnette biplace SFAN-1 à moteur Poinsard de 25 cv, le moto-planeur de nos jours : le 12 août, il décolle de Paris-Le Bourget, survole Auxerre, Lons-le-Saunier, Challes-les-Eaux ; le 13, de Challes vers Aiguebelle, le Col du Mont Cenis et Turin ; le 14, retour de Turin vers Challes-les-Eaux ; puis retour sur Paris en deux jours.

 

1935, le Ministère de l’Air retient le principe d’aménager un certain nombre de sites, en terrains d’aviation, en cas de conflit. C’est ainsi que dans la plaine de Bièvre en Isère sont retenus les sites de Chambarand-Marcilloles et de Saint Etienne de Saint Geoirs (Isère). Un décret-loi d’octobre 1935 déclare d’utilité publique et urgente, les travaux d’aménagement sont entrepris. Les terrains sont acquis par l’Etat, généralement par cession amiable… ! En 1938, des expropriations sont prononcées à l’encontre des propriétaires n’ayant pas accepté les cessions à l’amiable. Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour voir les règlements financiers… ! A la veille de la guerre, au cours de l’été 1939, l’aménagement d’un camp d’aviation de campagne se poursuit

 

6 janvier 1936, à Villefranche sur Saône (Rhône), sous le patronage de l'Aéro-club de Villefranche, projection du film inédit 'Paris-Brazaville et retour en avion'. M. Georges Baya fera une conférence-causerie sur ce documentaire dont il a effectué personnellement les prises de vues. Une autre séance aura lieu le même jour à 16 heures pour les enfants des écoles. Ce film a obtenu un gros succès le 9 novembre dernier à Lyon.

           

16 janvier 1936, dans la salle de L'Etoile-Théâtre de Saint Etienne (Loire), l'Aéro-club Forézien et Vellave organise une conférence de propagande donnée par M. Antoine Reidier sur 'Hélène Boucher, jeune fille française'. La projection du  film d'aviation 'SOS Iceberg' a clôturé la séance.    

 

30 janvier 1936, les sergents Laupin et Gay trouvent la mort lors de la chute de leur appareil au-dessus du fort de Corbas (Rhône)

 

9 février 1936, M. Gignou, un industriel qui était aux sports d'hiver à Megève, fut alerté vers 9 heures du matin que son usine était en feu.  Un avion Potez 58 piloté par Guenon fut mis à sa disposition sur le terrain de Passy-Le Fayet. Avant 13 h, M. Gignou atterrissait au Bourget.

 

13 février 1936, à l'Amicale de l'Aviation Légère (siège 183, Cours Lafayette à Lyon), deux 'Pou' ont volé dès leurs premiers essais et totalisent de nombreuses heures de vol. Ils sont équipés du moteur Poinsard 35 cv. A l'atelier de l'Amicale, un moteur Harley a été modifié et a donné avec l'hélice Sperry du Poinard 35 cv, 1800 tours en prise directe. Une hélice de pas plus faible est en fabrication et on espère décoller au printemps prochain. Un amateur de l'Amicale tente actuellement d’accoupler deux moteurs Sima-Violet et un autre pense équiper sou 'Pou' avec un moteur Indian pour lequel il a étudié et fabriqué des culasses à culbuteurs aux prochains beau jours, les essais d’une avionette dérivée de l'HM 8 et équipée d'un moteur Anzani 25 cv, ainsi qu'un HM 8 conforme au prototype.

 

28 février 1936, un avion militaire de la base aérienne de Bron à fait une chute à Peyrieux, près de Bourg en Bresse (Ain). Le pilote, le sergent Dréant a été tué, le mitrailleur Armand Tillier a été gravement blessé.

 

9 avril 1936, au cours d'une prise d'armes sur la base aérienne de Lyon-Bron en présence du Général Poli-Marchetti, Commandant la 4ème Région aérienne, et du Général Benoit, Commandat la Base aérienne 105, des décorations ont été remises.  La cravate de Commandeur a été remise au Lientenant-Colonel Battle, Commandant l'Aviation de chasse à Bron.

 

10 avril 1936, le dirigeable allemand 'Hindenburg' survole la région lyonnaise en cours d'après-midi lors de son voyage de retour d'Amérique du Sud vers l'Allemagne.

 

13 avril 1936, sur le terrain du Colombier à Anse, (Rhône) en dépit du froid et de la neige, M. Barres a fait voler l’avion que MM. Fellot et Lacour viennent de construire à Lyon. L'appareil est dérivé du HM 8 qu'ils avaient chacun construits un exemplaire.  il y a quelques années. C'est un monoplan de 9 mètres 60 d'envergure, de 7 mètres de long, de 15 m2 de surface, pesant à vide 185 kg. Equipé d'un moteur Anzani de trois cylindres de 25 cv, l'atterrisseur à large voie possède des amortisseurs mécaniques. L'Amicale de l'Aviation légère Lyonnaise a apporté une aide précieuse aux constructeurs.

 

pour les mois d'avril et mai 1936, l'activité du port aérien de Bron a été la suivante : 5.533 passagers sont passés  à l'aérodrome, 21 tonnes de fret en transit dont 4 tonnes pour Lyon. Côté aviation privée, 250 avions de passage ont utilisé les installations.

 

mai 1936, Air France assure un service aller et retour quotidien régulier Paris-Lyon-Marseille. Ce service est doublé pendant l'été, en correspondance à Marseille avec les lignes vers Alger et Tunis.

mai 1936, la Compagnie Air Service (ou Aéro-Service), filiale de la Société Farman, propose d'établir une ligne de tourisme de Vichy à Nice, avec escale à Saint Etienne-Bouthéon et à Lyon-Bron, et demande en mai 1936, une subvention  de 35.000 francs à répartir entre la ville de Saint Etienne, du département de la Loire et de la Chambre de Commerce, ainsi que du Conseil Général de la Loire. Le Conseil Supérieur de la Coordination des Transports s'oppose à l'ouverture de cette ligne régulière qui risque d'enlever des voyageurs aux chemins de fer... !

.

avril et mai 1936, l'activité du port aérien de Bron a été la suivante : à la Compagnie Air France, 2.533 passagers sont passés à Bron, 21 tonnes de fret en transit. Côté aviation privée, 250 avions de passage ont utilisé les installations de l'aérodrome.

 

juin 1936, six avions de tourisme en promenade collective de Nancy à Nice survolent la région vers 9 h 30. Par suite d’une visibilité nulle, un de ces appareils est contraint de se poser au lieu-dit                   « L’Etang » sur la commune de Neuville les Dames. (Ain). Aucun accident de personne à déplorer.

 

11 juin 1936, l'Aéro-club féminin vient d'être créé à Lyon en plein accord avec l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est. Le nouveau groupement, présidé par Mme. Gros, compte 60 membres.

 

20 juin 1936, à Chindrieux (Savoie), Monsieur Mauger, Directeur Général des Service de la Maison Caudron suit en avion celui de Monsieur le Ministre Pierre Cot qui se rend à Challes les Eaux. Parti de Boulogne-Billancourt dans la matinée avec un avion de type Pelican, il se pose en panne de moteur dans les marais à proximité de Chindrieux. Le pilote et ses deux passagers sont indemnes, mais l’avion est endommagé.

 

21 juin 1936, à Saint Etienne (Loire), l'Aéro-club Forézien et Vellave organise, le 21 juin, une épreuve de durée de la Coupe Emile Reymond, en souvenir de ce pilote, Sénateur de la Loire, mort en 1914 sur le front. Cette coupe d'une valeur de2.500 francs est ouverte aux modèles réduits de tous types, dont la propulsion est assurée par un ou plusieurs écheveaux de caoutchouc. Les inscriptions de 3 francs par appareil sont reçues au siège du club, avenue Président Faure à Saint Etienne.

 

30 juillet 1936, suite aux événements de la guerre en Espagne, le dirigeable allemand 'Graf Zeppelin'a fait une escale sur l'aérodrome de Montélimar pour prendre en charge le courrier vers l'Amérique du Sud qu'il charge d'ordinaire à Séville.

 

de juillet 1936 à mars 1939, la Section d'aviation populaire des Ailes Roannaises à Roanne-Bois Combray (Loire) formera  26 pilotes et des mécaniciens d'aviation. A cette époque, l'aérodrome s'étend sur une surface de 33 hectares et dispose d'une bande d'envol de 700 mètres.

 

10 août 1936, le dirigeable Graff Zeppelin revenant d'Amérique du Sud s'est allégé de son courrier à destination de l'Espagne sur le terrain de Montélimar à 10 h 45. Un appareil de la Lufthansa a chargé immédiatement le courrier en direction de Marignane.

 

 11 août 1936, le quadrimoteur Savoia-Marchetti SM-74, immatriculé I-URBE, appartenant à la Compagnie aérienne italienne Ala Littoria, qui assure la liaison aérienne Rome-Paris avec escale à Lyon-Bron, est atteint par la foudre alors qu’il survole la Vallée du Rhône. Il est dans l’obligation de faire un atterrissage d’urgence sur le terrain du Creux de La Thine, à Saint rambert d'Albon (Drôme). Les quinze passagers, indemnes, sont acheminés par d’autres moyens vers leurs lieux de destination. Après réparation, l’appareil s’envole vers Bron afin de subir de plus amples vérifications et repartir vers Rome, le 13 août.

 

été 1936, une liaison Lyon-Turin fonctionnera pendant une courte durée. Une ligne Berlin-Séville assurée par Lufthansa fait escale à Bron.

 

du 8 au 18 septembre 1936, la Fédération Aérienne Internationale organise son Tour de France des Prototypes. Treize appareils du 17 cv ultra-léger au quadrimoteur de 3500 cv vont sillonner toute la France. Passage à Bron le lundi 14 septembre. 14 septembre 1936, le Tour de France des avions prototypes fait escale à Bron.

 

9 septembre 1936, le sergent Robert Puget, à bord d’un Dewoitine 500, participe à un vol de patrouille, lorsque son appareil pique vers le sol et s’écrase sur la voie ferrée Lyon-Grenoble, aux environs de Saint Priest (Rhône) L’appareil est détruit, le pilote seulement blessé.

 

dans la première quinzaine de septembre 1936, le lieutenant Wernert réalise un vol de 203 kilomètres, le plus long trajet accompli en France à bord d'un planeur. Parti du terrain d'aviation d'Avignon-Pujaut (Vaucluse)à 13 h 10, à bord d'un planeur Avia-40, il se pose à Limonest (Rhône), à 10 kilomètres au nord de Lyon, à 17 h 55. Au cours de ce trajet de 4 h 45, il a atteint dans des ascendances thermique l'altitude de 2.500 mètres.

 

septembre 1936, la liaison aérienne Lyon-Grenoble a lieu tous les jours jusqu'au 6 septembre, à l'occasion de la foire-exposition de Grenoble. Ce service est en correspondance avec le service Paris-Marseille-Cannes d'Air France.

 

octobre 1936, l'Etat accorde à l'ACRSE l'agrément d'une Section d'Aviation Populaire (SAP).

6 octobre 1936, en vue de la création d'un aérodrome privé, la commune de Loyettes (Ain) loue, à l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est, 61 hectares de terrain au lieu-dit 'La Mière'.

 

12 novembre 1936, Joseph Bouchard, pilote breveté militaire en mars 1918 et professeur de mathématiques dans un établissement d’enseignement technique lyonnais, est à l’origine de la création, de l’Aéro-Club Populaire de la Région lyonnaise (ACPRL), dont les appareils sont basés sur le terrain de Bron. Cet aéro-club obtient l'agrément d'une Section d'Aviation Populaire. Paul Girardet, chef-pilote de cet aéro-club est le premier pilote à se poser sur le terrain de 'Planaise sur la commune de Colombier-Saugnieu (à l'époque dans le département de l'Isère). En 1938, l'autorité militaire entreprendra des travaux de génie civile pour l’adapter à un terrain d'aviation de campagne qui deviendra l'aéroport de Lyon-Saint Exupéry.

 

18 novembre 1936, une trentaine de personnes se réunissent en Mairie de Belley en vue de créer un aérodrome sur le terrain du Grand Camp situé sur la commune de Peyrieu (Ain). Avec la Seconde Guerre mondiale, il faudra attendre le 16 août 1960 pour voir l'inauguration de l'aérodrome de Belley-Peyrieu géré par l'Aéro-club de Belley et du Bas Bugey.

 

3 décembre 1936, le Junkers 52, Werknummer 5078, baptisé « Rudolph Wendisch », immatriculé        D-ASIH appartenant à la Compagnie Lufthansa, percute les sommets montagneux à la Pointe d’Almet (934 mètres d'altitude), près des chalets de Haut de Maroly, à proximité du Grand Bornand (Haute-Savoie). Lors de l’accident, une avalanche neigeuse recouvrit les corps des membres d’équipage et les débris de l’appareil qui furent découverts par les éclaireurs-skieurs du 27ème Bataillon de Chasseurs alpins. Les occupants de l’appareil qui trouvent la mort sont : Capitaine Harr, 1er pilote, Capitaine Georges Von Winterfeld, 2ème pilote, Richard Metzeroth, radio, Wilhelm Scholz, de nationalité hongroise, de Roggiero Garcia Castillo et Ricardo Garrido Cornejo de nationalité espagnole. L’avion qui venait de Lisbonne, via Burgos, avec escale à Genève-Cointrin, à destination de Stuttgart, probablement pris dans la tempête de neige a heurté la montagne.

 

1936, sur l'aérodrome d'Ambérieu en Bugey (Ain), implantation de la Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Sud-Est (SNCASE) qui implante une chaîne de montage des bimoteurs Lioré et Olivier 45 (LeO 45), 252 appareils sortiront de cette usine entre 1939 et 1942.

 

1936, sur l'aérodrome d'Ambérieu en Bugey (Ain), le Club Aéronautique du Bugey (CAB) prend naissance avec l'aviation populaire.

 

1936, lors des débuts de la construction du téléphérique de l'Aiguille du Mont Blanc, les hommes s'y rendent par la Vallée Blanche en remontant par la Mer de Glace, depuis la gare terminale du train du Montenvers. Cette solution impose cependant un trajet sur deux jours avec une nuit au refuge du Requin. Seulement, les premiers travaux nécessitent de monter 1.200 kg de poulies, câbles et autres ancrages alors qu'un homme peut raisonnablement porter 30 kg... Henri de Peufeilhoux, ancien aviateur (alors cadre à la Compagnie des Chemins de Fer de Montagne CCFM  à Chamonix, deviendra directeur des travaux et trouvera une mort tragique en 1942 sur le chantier du téléphérique), décide de recourir aux services de son collègue Firmin Guiron, qui dirige la société Mont-Blanc Aviation, pour faire livrer par les airs les premiers matériels nécessaires. Pour la première fois au monde, il est ainsi fait appel à l'avion pour la construction d'une remontée mécanique. Firmin Guiron avec son Farman 199 largue au-dessus de la vallée Blanche 25 colis en trois passages. A chaque colis est attaché une banderole rouge pour faciliter leur recherche.  

de 1936 à 1939, un vaste plan de rénovation de la base aérienne de Bron est entrepris. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la base aérienne de Bron, considérée comme l'une des plus modernes de l'Armée de l'Air en France, peut accueillir 2.000 militaires environ et 200 avions.

 

5 janvier 1937, l'avionnette 'Baby-Praga’ doté d'un réservoir d'essence supplémentaire et d'un poste de TSF, avec pour équipage William Fauvel (pilote n'ayant que 75 heures de vol) Reynaud, pour passager, entreprend le voyage Paris-Dakar. L'appareil décolle d'Orly à 10 h 10. Le temps est beau au départ, mais l'équipage rencontre rapidement pluie et neige. Une navigation difficile et finalement avec le givrage oblige l'équipage à atterrir à Sainte Foy[Proprieta1]  l'Argentière (Rhône), à 30 kilomètres à l'ouest de Lyon. Le lendemain, l'appareil décolla, mais heurta un buisson et capota. Si ls pilotes s'en sortirent indemnes, par contre l’hélice et le capot-moteur furent endommagés. Le 'Baby-Praga' fut démonté et amené à Lyon dans l'attente de pièces détachées avant de poursuivre son raid.

 

17 janvier 1937, ouverture de la liaison aérienne assurée conjointement par Air France et Air Bleu sur Paris-Nice avec escales à Bron, Avignon ou Orange et Marseille.

           

25 janvier 1937, l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est (ACRSE) a tenu son Assemblée générale sous la Présidence d'Henri Lumière. Il a été procédé au renouvellement du tiers du bureau MM. Burlaton, Barioz, Berlioz, Dumas, Dr. Morel, Torret et Colonel Girier ont été réélus. En 1936, à la Section de Propagande : 1230 h de vol effectuées, 17 brevets 1er degré, 8 brevets 2ème degré, 2.174 baptêmes de l'air, 118 pilotes ont utilisé les appareils du club. L'ACRSE a participé aux meetings de Bourg, Cuisery, Montpont, Pont de Vaux, Pierrelatte et Villefranche sur Saône. Lors du meeting de Bron, la collecte au profit des enfants de René Lecot  a rapporté la somme de 52.832 francs.

 

janvier 1937, depuis l'ouverture par Air France du service régulier Lyon-Genève, embranchement de la ligne principale Londres-Paris-Marseille, 12.824 passagers  ont eu recours, sans incident, à ce service. Par Air France, Paris n'est plus qu'à 3 heures de Genève, à moins de 6 heures de Londres.

 

11 février 1937, Laurent, Touge et Lenier, héros d'une liaison France-Ile de La Réunion, sont rentrés en France, à bord de leur avion, un Farman 190 à moteur Lorraine, 'Angol'. Arrivés à Marseille le 10 février, ils ont atterri à Bron le 11. De là, ils ont regagné Paris par le train.

 

février 1937, le Morane 138 de l’Aéro-club Populaire de la Région lyonnaise, immatriculé                      F-AQEH, piloté par Aurelle s’écrase contre un bâtiment de la base aérienne de Bron.

 

mars 1937, un autogyre s’est posé dans un champ, proche de Genay (Ain), mais il faut l’aide d’une paire de bœufs pour le remorquer à la route voisine.

 

15 mars 1937, le Lieutenant Pierre Guigard de la base aérienne de Bron atterri sur le terrain du camp de La Valbonne (Ain).  Il venait de repartir avec à son bord l'adjudant Julien Huet lorsque son appareil en perte de vitesse s'est écrasé. Les deux occupants de l'appareil sont décédés.

 

24 mars 1937, l’hydravion quadrimoteur Short 'Capricornus', immatriculé G-ADVA, de la Compagnie Imperial Airways, qui réalise une liaison commerciale depuis l’Angleterre vers les Indes et l’Australie, s’écrase par mauvais temps dans les bois au lieudit « Fiffrey », sur la commune d’Auroux (Rhône) à 60 kilomètres au nord-ouest de Lyon, vers 14 heures. A bord de l’appareil : Commandant de bord Paterson ; Premier Officier klein ; Officier en Second, Denis O'Brien ; Barman Jeffaate, et une passagère Miss Betty Goates sont tués dans l’accident. Seul le radio-télégraphiste Cooper, indemne, peut donner l’alerte aux fermiers du voisinage. Cet hydravion qui réalisait son premier voyage sur la ligne transportait également 65 sacs de courrier et un abondant chargement de fret.

 

6 mai 1937, en présence de 100.000 personnes, meeting d'aviation à Bron.

juin 1937, une section d'Aviation Populaire  fonctionne à l'Aéro-club de Savoie à Chambéry : 61 élèves dans la Section de vol à moteur et 34 dans la Section de modèles réduits. Elle dispose d'un Potez 43 et d'un Caudron Luciole. L'instruction technique est assurée par MM. Réal, Dufour, Halotier et Déplan, 18 séances traitant d'aérodynamique, de météorologie, de topographie, etc.… ont été assurées.

 

13 juin 1937, à Ambérieu en Bugey (Ain), un meeting d'aviation a eu lieu pour l'inauguration officielle du Club Populaire Aéronautique du Bugey.

 

7 juillet 1937, l'Administration des PTT confie à la compagnie aérienne Air Bleu le transport du courrier sans surtaxe. L'inauguration de ce service a eu lieu ce jour à l'aéroport du Bourget. Chaque jour, au départ du Bourget, des Caudron-Simoun transporte le courrier en direction de Bordeaux, Mont de Marsan et Pau, sur Toulouse et Perpignan, et vers Clermont Ferrand, Saint Etienne, Lyon et Grenoble. Ce jour-là, le Caudron-Simoun piloté par Vanier avec pour radio Pauzier décolle du Bourget à 8 h 15 avec 73 kg 800 de fret postal et arrive à Grenoble à 11 h 07 ; le soir, l'appareil décolle de Grenoble à 14 h 08 avec 50 kg de fret postal et arrive au Bourget à 16 h 50.

 

 6 mai 1937, en présence de 100.000 personnes, meeting d'aviation à Bron

 

7 juillet 1937, ouverture de la ligne postale assurée par Air Bleu entre Le Bourget-Clermont Aulnat-Saint Etienne Bouthéon-Lyon Bron, et Grenoble Eybens.

13 juillet 1937, un avion de chasse, du type Dewoitine 500, appartenant à la base aérienne 102 de Dijon, s’écrase au sol, au lieudit « Puy de Serves », sur la commune de Serves sur Rhône (Drôme). Le sergent pilote Bernet trouve la mort dans cet accident.

 

14 juillet 1937, l'Aéro-club de la Drôme et de l'Ardèche se voit confier, par la Fédération Nationale Aéronautique, l'organisation du Rallye International Lyon-Cannes.

 

15 juillet 1937, pendant cette quinzaine, à Passy, à l'Aéro-club du Mont Blanc (Haute Savoie)                 4 heures de vol pour des missions  photographiques à plus de 5.000 mètres ont été effectuées par le Caudron-Simoun du club, ainsi que trois circuits du Mont Blanc et deux voyages à Valence et Pontarlier.  Vingt baptêmes ont été donnés. A la Section d'Aviation Populaire du club, il a été totalisé 42 heures de vol par 32 élèves, dont 5 h 20 de vol par MM. Gavard, Biollay, Socquet et Tappaz, sous la direction   de Firmin Guiron.

 

20 juillet 1937, l’appareil de l’élève-pilote Jean Fauccoret tombe en panne dans son approche vers Bron. Le pilote désemparé envisage de se poser sur la route nationale. Mais il aperçoit des autos et des cyclistes, et pour les éviter de justesse, il dirige son appareil contre un mur. L’appareil est détruit, mais il n’y a pas d’accident de personnes.

 

6 septembre 1937, un avion Mureaux 115 n°27 est accidenté sur l’aérodrome de Bouthéon (Loire).

 

24 septembre 1937, Maurice Arnoux parcourt la France pour la Coupe Zénith. Accompagné de Gracieuse Lallus sur Caudron C-660 de 220 cv, il a décollé d'Orly à 11 h 15, signalé à Lyon vers    12 h 35, à Carcassone pour ravitaillement, à Bordeaux, puis à Poitiers, il s'est posé à Orly à 17 h 33, réalisant une moyenne de 250, 207 km/h.

 

à l'automne 1937, projet de création d'un champ de tir aérien dans un triangle Blye-Marcillieux-Saint Vulbas (Ain). Une centaine d’hectares sont expropriés aux lieux-dits 'La Mière' et 'La Gaillarde'. Avec la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, à l'automne 1939, c'est l'Armée de l'Air qui prend possession de ces terrains pour aménager un terrain d'aviation de campagne. Dans la deuxième quinzaine de janvier 1940, l'Escadrille de chasse de nuit V/13 qui s'installe sur le terrain. En juillet 1952, ces terrains expropriés sont rendus à leurs anciens propriétaires.  

 

4 octobre 1937, deux pilotes lyonnais, MM. Claude Dupré et Henri Machaix qui ont décollé de Montélimar se sont égarés dans la région de Grenoble. A la tombée de la nuit, ils ont heurté la montagne en bordure de la Vallée de la Romanche. L'avion a pris feu, mais les aviateurs ont pu se dégager, et ne sont que grièvement blessés.

 

17 octobre 1937, un concours de modèles réduits est organisé par l'Aéro-club du Rhône, sous le patronage du Comité des Fêtes de Lyon et des Chocolats Tobler.

 

18 octobre 1937, vers 17 heures, un Caudron-Luciole, appartenant probablement à l'Aéroclub Forézien et Vellave, survole la localité de Sury le Comtal (Loire) à très basse altitude. Alors que l'appareil, piloté par Monsieur Fradin avec pour passager Monsieur Dupuy, survole la propriété de la famille Fradin, l'aile droite accroche un arbre. L'avion gît au sol, 80 mètres plus loin, les roues en l'air. Monsieur Fradin qui porte des contusions à la face et aux jambes est conduit au domicile de ses parents, Monsieur Dupuy plus grièvement atteint est conduit à la clinique Littré à Saint Etienne où il décède dans la soirée.

 

7 novembre 1937, inauguration par la Société Nationale de Construction de Moteurs (SNCM) de la station d'essais à 2.100 mètres d'altitude du Mont Lachat (Haute Savoie). Abandonnant la réalisation d'une atmosphère artificielle, la SNCM, qui a pris la succession de la Société des Moteurs Lorraine à Argenteuil, a préféré utiliser la dépression et le froid naturels en édifiant une station d'essais en montagne. Le 24 août, le site était choisi, le 17 septembre les entrepreneurs donnaient les premiers coups de pioches, sept semaines plus tard la station était construite.

 

7 décembre 1937, devant l'évolution des événements qui précède le conflit qui s'annonce, le Ministère de l'Air se porte acquéreur des terrains communaux de la municipalité de Colombier-Saugnieu (Rhône), cadastrés sous le nom de « terrain de Satolas », mais communément appelés « Planaise » sur la commune de Satolas et Bonce, en vue de la réalisation d’un terrain d’aviation de campagne. Le Ministère de l’Air achète ces terrains à la commune de Satolas et Bonce. Dès l’automne 1938, des travaux de génie civil sont entrepris, et au printemps 1939, un hangar métallique est installé et des soutes à essence creusés.

 

8 décembre 1937, le bimoteur Potez 62/0 n°4213, immatriculé F-AOTZ, baptisé « L’Epervier », appartenant à la Compagnie Air France, s’écrase au sol, au lieudit « Pas de Lamothe », sur la commune de Saint Sauveur en Diois, à proximité de Saillans (Drôme). Venant de Paris et à destination de Marseille, après escale à Lyon-Bron, alors qu’il survole les Préalpes de la Drôme, l’appareil s’écrase, en début d’après-midi, dans les bois à une altitude de 550 mètres. L’appareil disloqué, le réservoir d’essence explose et prend feu. De l’avion, on retire le radio Janon, tué sur le coup et dont le corps est carbonisé, le pilote Risser grièvement blessé décède dans les minutes qui suivent, les deux autres membres d'équipage sont contusionnés. Les trois passagers sont légèrement contusionnés.

 

1937, l'Association 'Le club des amateurs aériens de Saint Chamond' crée un terrain d'aviation au lieu-dit 'Planèze' sur la commune de Saint Chamond (Loire). En 1938, un Caudron C 60   effectue le vol de Bouthéon à Planèze, piloté par l'instructeur du club Henri Petit, qui deviendra au cours de la Seconde Guerre mondiale le Colonel Roman dans la Résistance dans l'Ain.

 

1937, l'Etat se porte acquéreur d'environ 100 hectares de terrain, situés sur la commune de Chassieu, en vue de la construction d’une piste en dur pour l'aéroport de Bron.

 

1937, le classement des trois premiers aéroports français est le suivant : Paris-le Bourget 18.000 départs et arrivées ; Marseille-Marignane 6.845 et Lyon Bron 3.671.

                                                                                                                                           

1937, sont présents sur l'aérodrome de Bron, les aéro-clubs suivants : l’Aéro-club du Rhône et du Sud-Est et sa section d'Aviation Populaire, les Ailes lyonnaises depuis 1931, l'Aéro-club Féminin, l'Aéro-club Populaire de la Région Lyonnaise, l'Aéro-club du Lyonnais et le Centre d’Entraînement des pilotes de réserve.

 

1937, depuis 1929, nombreux furent les passages au-dessus de notre région du dirigeable allemand 'Graf Zeppelin' lors de ses voyages d'Allemagne vers le continent américain.

 

1937, M. Pitot, ancien pilote d'essais de constructeur, qui dirigeait sur l'aéroport de Bron depuis 1935 la 'station Potez Aéro Service', crée la société Lyon Aviation.

 

 janvier 1938, Air France assure le transport aérien postal sur la ligne Paris-Lyon-Orange-Marseille.

 

16 janvier 1938, inauguration de la ligne postale Paris-Lyon-Marseille exploitée par Air France avec un Bloch 200.

 

mars 1938, le Ministre de l'Air prend la décision de créer une plate-forme d'opérations sur une centaine d'hectares, sur les communes de Port, de Brion et de Saint Martin du Frêne, près de Nantua (Ain). Avec la déclaration de la guerre en 1939, aucun travail ne sera entrepris.

 

mars 1938, une démonstration de sauvetage en haute montagne a eu lieu avec le concours d'infirmières-parachutistes, du pilote Rogez et guide de haute montagne Raphoz, également parachutiste. Au départ de Challes les Eaux, le pilote a survolé le plateau de Tignes où il a largué des vivres et médicaments avant que Raphoz saute avec un parachute Aviorex et se pose dans 1, 20 mètres de neige. La démonstration a parfaitement réussi.

 

26 mars 1938, à la suite de contacts avec la Municipalité de Satolas et Bonce (Rhône), Joseph Bouchard dispose de possibilités pour faire évoluer les appareils de l'ACPRL sur les terrains communaux au lieudit « Planaise ».

 

 

20 avril 1938, le bimoteur Amiot 143 n°112, appartenant au Groupe de Reconnaissance II/35 de la base aérienne 105 de Bron, explose vers 9 h 30, au-dessus du « Vallon de Perdrialon » sur la commune de Bathernay. à proximité de Saint Donat (Drôme). L’appareil effectuait un vol de liaison depuis Bron vers Marignane. A bord de l’appareil, les cinq membres d’équipage trouvent la mort : Lieutenant Henri, Louis, André Méry, chef de bord, sous-lieutenant Bernard Martin des Pallières pilote, sergent-chef Henri Chapuis mécanicien, sergent René Vailly mitrailleur et sergent Alexandre Jourdain radio. Le 20 avril 2008, inauguration d’une stèle commémorative sur les lieux de l’accident.

 

25 avril 1938, André Turbin, pilote de vol à voile, est parti de Genève en planeur en direction d'Annecy. Au retour, au-dessus des Dranses, il fut obligé d'atterrir à Féterne-Vieux (Haute Savoie), près de Thonon, dans un champ de blé. L'atterrissage fut un peu dur, mais se passa tout de même fort bien.

 

10 mai 1938, vers 15 heures 30, le Potez 540 n°36 de la 1ière escadrille du Groupe de Reconnaissance 1/55, en mission d’entraînement, est plaqué au sol par un vent violent lors de lors de son atterrissage à Bron. A bord de l’appareil, l’équipage : Lieutenant de Champ de Saint-Léger, Chef de bord ; Sergent Dupuy, pilote ; Sergent-Chef Robert ; pilote moniteur, Aspirant Premillieux, observateur et Sergent Ragoy, mécanicien, trouvent la mort dans cet accident.

 

5 juin 1938, le chef-pilote de l'ACPRL, Paul Girardet est le premier à se poser sur le terrain d'aviation de Satolas (Isère), qui est inauguré ce jour-là.

           

12 juin 1938, sur l'aéroport de Bron, à l'initiative de l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est, inauguration du monument à la gloire de Louis Mouillard par M. Edouard Herriot, Maire de Lyon.

 

juin 1938, 21 appareils participent au 6ème Tour du Sud-Est aérien qui a débuté à Grenoble, puis s'est poursuivi vers Passy Mont Blanc, Romans, Valence, Montélimar, Avignon, Arles et Aix Lenfant.

 

3 juillet 1938, à l'initiative de l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est, meeting d'aviation à Bron.    

 

14 et 15 juillet 1938, la formule originale du rallye Lyon-Cannes organisé par l'Aéro-club de Cannes. Chaque concurrent devra indiquer, par écrit, la veille du départ, la vitesse exacte à laquelle il compte effectuer le parcours du rallye. L'itinéraire est composé de plusieurs lignes droites de longueur variable jalonnées à leur extrémité par deux croix blanches de 10 x 2 mètres qu'ils devront survoler à une hauteur maximum de 200 mètres.

 

27 juillet 1938, le bimoteur Bloch 200, n°48, appartenant au Centre d’Essais en vol d’Istres, s’écrase au sol, vers 22 h 35, dans les bois de la commune d’Albon, près de Saint Rambert d'Albon (Drôme). L’appareil effectuait un vol d’entraînement entres Istres et Bron, et les cinq membres d’équipage trouvent la mort : sous-lieutenant Richaud, commandant de bord, adjudant Courant pilote, sergent-chef PerrialL copilote, adjudant Cazenave radio et du sergent-chef Brunet mécanicien. Une stèle commémorative est édifiée sur les lieux de l’accident.

 

2 août 1938, un bimoteur Potez 540 effectue un vol de reconnaissance entre Nancy et Istres. Dans l’après-midi, alors qu’il survole le massif du Vercors, un moteur de l’appareil prend feu. Le pilote demande à l’équipage d’abandonner l’avion : trois membres d’équipage sautent en parachute au-dessus de Vassieux en Vercors. Le pilote et un autre membre d’équipage réussissent à poser l’appareil en catastrophe à proximité de la localité de Saint Maurice d’Hostun (Drôme).

 

2 août 1938, vers 15 heures 30, un Potez 25 du Centre d’Entraînement de Bron heurte à l’atterrissage une colonne de soldats-réservistes de la Compagnie d’Instruction qui longe la piste de Bron. Le soldat Jean Franconne heurté à la tête est tué sur le coup. A l’époque, des bruits ont couru sur la base aérienne, que l’identité du soldat tué n’était pas celle de Jean Franconne, ce dernier ayant payé un clochard pour le remplacer…!

 

4 août 1938, en cours d’après-midi, l’Amiot 143 n°35 de la Section d’Entraînement de la base aérienne de Bron, lors d’un atterrissage trop court dans son approche côté nord, heurte un pylône et s’écrase contre une maison en bordure du terrain. Le Sergent-Chef de réserve Dieudet, pilote, grièvement blessé, succombe le lendemain, ainsi que le Lieutenant de réserve Jeannon, observateur. Le Sergent-Chef Herbepin, pilote-moniteur et le Sergent Roux, mécanicien, ne sont que blessés.

 

8 août 1938, le bimoteur, du type Savoia-Marchetti de la Compagnie aérienne « Ala Littoria », immatriculé I-TUFO, qui assure la liaison Rome-Paris-Londres, fait une escale technique à Bron. A la suite d’un incident, l’appareil vient heurter le bâtiment de l’aérogare. Il y a des dégâts matériels mais pas de blessés.

 

8 août 1938, le bimoteur Bloch 220, n°12, immatriculé F- AQNL, baptisé « Languedoc », appartenant à la Compagnie Air France, qui assure la liaison Marseille-Paris avec escale à Orange, perd une hélice en plein vol, vers 15 h 15, alors qu’il survole la région de Valence. L’appareil piloté par Foucaud avec comme radio Dousselin et un mécanicien, réussit à rejoindre Bron avec ses dix passagers.  L’hélice sera retrouvée, au quartier de Pimple, à 1 kilomètre de la localité de Montelier (Drôme), par Monsieur Proet.

 

22 août 1938, vers 22 heures, des bimoteurs Amiot 143 de la base aérienne de Bron sont en entraînement de vol de nuit au-dessus de l’est lyonnais. Une collision entre deux appareils se produit aux limites des communes de Bron et de Vénissieux, au-dessus du poste électrique de Parilly. A bord de l’Amiot 143, n°51 du Groupe de Reconnaissance II/35, l’équipage : Sous-Lieutenant Pierre Delaye, Commandant de bord ; Adjudant Gaston Capdeville, pilote ; Sergent André Dore, co-pilote. A bord de l’Amiot 143, n°120 du Groupe de Reconnaissance I/35, l’équipage : Lieutenant Pierre Didier Brunet, Commandant de bord ; Sous-Lieutenant Blugeon; pilote, Sergent Sabot, mitrailleur. Un hommage solennel en l’honneur de ces six aviateurs a lieu à la Cathédrale Saint Jean de Lyon, en présence des autorités civiles et militaires.

 

11 septembre 1938, un jeune pilote de la Section d’Aviation Populaire de l’Aéro-Club du Rhône, Louis Coindre, âgé de quinze ans, survole la maison familiale à Saint Quentin-Fallavier (Isère), quand l’accident se produit. L’appareil qui s’est mis en perte de vitesse, s’écrase à quelques mètres de la maison, le pilote est grièvement blessé.

 

21 octobre 1938, un Mignet HM 14 « Pou du Ciel » s'écrase au sol à Segny, près de Gex (Ain). Le pilote Kuffer est tué.

 

21 octobre 1938, à Thonon les Bains (Haute Savoie), le Mignet HM 14 « Pou du Ciel » du Suisse Donnat-Guignard chute. Le pilote est blessé.

 

5 novembre 1938, dans la Montagne du Salève (Haute Savoie), un biplan suisse de 120 Cv s'écrase au sol. Deux morts.

 

1938, sur l'aérodrome de Chambéry (Savoie), la piste dite 'piste de Voglans' est aménagée, ainsi qu'un hangar d'aviation.

 

1938, l'Etat envisage d'acquérir 92 hectares de terrain sur la commune de Meythet (Haute Savoie) pour l'aménagement d'un aérodrome civil.

 

1938, le Ministère de l'Air se porte acquéreur, pour cause d’utilité publique, de 56 parcelles de terrains agricoles, soit 162 hectares ainsi répartis : 118 hectares sur la commune de Corbas, 40 sur Chaponnay et 4 sur Mions. En effet, devant l’évolution de la situation internationale, il est envisagé de créer un terrain d’aviation de campagne à Corbas (Rhône) destiné aux unités de l’Armée de l’Air. Des travaux de génie civil sont entrepris en vue de niveler et d’aménager une piste gazonnée, des soutes à essence sont creusés, etc

 

après la fermeture de la station Potez-Aéro Services sur l'aérodrome de Passy, à partir de 1938, Firmin Guiron devint locataire et gérant de l’aérodrome du Mont-Blanc, à Passy.  Au cours de l’année 1938, la société Mont-Blanc Aviation créée par Firmin Guiron s’équipe d’un élégant appareil quadriplace Caudron C635 Simoun de 180 cv, immatriculé F-ANXD, rapidement remplacé par un appareil plus puissant et plus adapté, le Farman F199 au moteur Lorraine de 300 cv immatriculé F-ALHG et baptisé “Le Faucigny”. Ce Farman, qui avait effectué un raid Paris-Madagascar en 1932, était équipé pour les vols en montagne et pouvait emporter six passagers. Avec l’aide de la commune de Passy et du Conseil Général, la société Mont-Blanc Aviation développe ses activités : baptêmes de l’air, vols touristiques, école de pilotage, voyages à la demande. Firmin Guiron effectue aussi des vols photographiques pour le compte de l'Institut Géographique National et pour le Ministère de la guerre, parfois à une altitude de 5.000m, dépassant largement les capacités de son appareil. Il effectuera également du ravitaillement aérien, pour des refuges et pour la S.N.C.M au centre d’essais en altitude des moteurs aéronautiques, au Mont-Lachat, à 2.077 mètres. En 1939 : Firmin Guiron participe à des chantiers d’altitude comme celui du téléphérique du Col du Midi à près de 3.600 mètres, où il transportera plusieurs tonnes de matériel et de vivres. Au cours de l’année, il pratiquera également le remorquage de planeurs avec le Potez 58, immatriculé F-ALNZ. Guiron fit son dernier vol commercial le 24 août 1939 avant d’être mobilisé le 2 septembre. Les appareils de sa société Mont-Blanc Aviation sont réquisitionnés par l’État, et Guiron les conduira lui-même à Étampes pour le Farman 199 et à Agen pour le Potez 36. De 1942 à 1944, le terrain de Passy sera neutralisé par le creusement de profondes tranchées, par ordre du gouvernement de Vichy. Le terrain sera occupé par la suite par des troupes italiennes. Le 19 août 1944, la Haute Savoie est libérée et le terrain de l’aérodrome est remis en service aussitôt. De retour, Firmin Guiron démobilisé, à l’aide de son Potez 43 remis en état de vol, Firmin Guiron reprendra l’activité de Mont-Blanc Aviation à Passy avec une école de pilotage, une base pour les vols touristiques du Mont-Blanc, et des baptêmes de l’air. En été, pendant plusieurs années, l’aérodrome est également le théâtre de stages de vol à voile et Guiron effectuera du remorquage de planeurs. Il s’essayera également au pilotage de planeurs. Il organisera ou participera à des meetings aériens, avec démonstration de voltige et baptêmes de l’air promotionnels. En 1947, Firmin Guiron adoptera un Auster J1 Autocrat d’origine anglaise, au moteur de 100 cv, immatriculé G-AJRH, qu’il emmènera à 3.000 mètres en 1 h 10 min de vol…Cet appareil est aujourd’hui au Charnwood Museum de Loughboroug, en Grande-Bretagne. 1954, Firmin Guiron acquiert un appareil pour l’écolage, un biplan Caudron C275 “Luciole”moteur Renault de 100 cv, immatriculé F-BDJB.

En 1957, devant l’émoi causé par le drame de la mort de Vincendon et Henry, la mairie de Chamonix décide de réunir des fonds nécessaires afin d’équiper l’avion de Guiron de skis. Des atterrissages en montagne sont menés et s’avèrent concluants, mais ils démontrent le manque de puissance du moteur de 125 CV de l’avion. Au courant de l’année, Firmin Guiron ravitaille en bois de chauffage le refuge Albert 1er. Il larguera à proximité du refuge près de 150 kg de combustible grâce à une trappe aménagée sous l’appareil. Janvier 1958, Firmin Guiron et son second Jacques Angot, exploiteront pour Mont-Blanc Aviation un appareil prometteur pour la montagne : un hélicoptère Alouette II, qui sera loué à la société Helicop-Air et sera piloté par Georges Wachter. Ils effectueront du vol touristique, mais surtout du travail aérien : Construction des nouveaux refuges à l’Albert 1er (2.700m) aux Grands Mulets (3.050m) et au sommet de l’Aiguille du Goûter (3.900m). Malheureusement, le 31 août 1958, au glacier du Géant, Wachter coupe un câble qu’il n’avait pas vu et s’écrase. L’accident fait quatre morts. En 1959, grâce à une émission de Radio-Luxembourg, et au concours des mairies du pays du Mont-Blanc, une somme d’argent est réunie. Celle-ci, ajoutée au produit de la revente de l’Auster V, permettra à Firmin Guiron d’acheter l'Auster J1U Workmaster de 180 cv, immatriculé     F-BJAS, qui sera équipé de skis américains Federal. Il sera baptisé le “Saint Bernard Volant”. Guiron recevra des autorités publiques l’homologation des aires d’atterrissage dans le massif du Mont-Blanc : Glacier du Tour, Glacier d’Argentière sous l’aiguille du Triolet, mer de Glace, Glacier de Talèfre, Col du Géant, Col du Dôme, Glacier de Tré-la-Tête. Dès cet instant, Firmin Guiron pratique officiellement le secours en montagne. Firmin Guiron possédera également un Nord 1203 Norécrin, immatriculé   F-BEOL, qu’il réussira à utiliser, en dépit de ses piètres qualités en montagne, pour des centaines de vols sur le Mont Blanc. Ce magnifique appareil très rapide et d’une grande finesse, n’était pas du tout fait pour cet emploi : très long à décoller (250m) et à monter (5m/s), il ne posera aucun problème de cette sorte à son exceptionnel pilote. 1962, la carrière de Firmin Guiron s’arrête le 24 juin, alors qu’il totalise 15.524 heures et 40 minutes de vol. Il cessera, après 30 années, d’animer l’aérodrome du Mont-Blanc, à Passy. Il prend sa retraite et se retire dans sa région d’origine, à Saint-Jean-en-Royans, dans la Drôme. Il a conservé un Auster avec lequel il a continué de voler durant sa retraite. Le pilote du Mont Blanc décédera le 28 juillet 1985. Le 25 septembre 1973, l’aérodrome de Passy Mont Blanc (dit “du Fayet”) sera fermé à la circulation aérienne. Il sera remplacé par une piste en dur de 650 mètres aménagée sur la commune de Sallanches, au lieudit “Les Ilettes”. L'Aéro-club du Mont Blanc (AMB) et la société Mont Blanc Aviation dirigée par Jacques Angot se partagent les activités de l'aérodrome. Avec le temps, l’AMB cesse ses activités vers 1985, et Mont Blanc Aviation après le décès d’Angot renaît sous le nom de Air Mont Blanc.

1939, sur l'aérodrome d'Ambérieu en Bugey (Ain), début des travaux de construction d'une usine souterraine de constructions aéronautiques.

janvier 1939, décision de créer  sur 93 hectares  un aérodrome sur les communes de  Feurs et de Chambéon (Loire).

Monsieur Pierre Genin, pilote à l'Aéro-club du Rhône et du Sud-Est, réalise avec son épouse, en janvier 1939 un vol de 27.000 kilomètres de Lyon à Saïgon et retour avec leur Miles Whitney Straight.

21 mars 1939, un Potez 620 d’Air France, en route pour Lyon, a été obligé d’atterrir par suite du mauvais temps et du givrage à proximité de Saint Pierre de Chandieu (Isère). L’avion n’a été que légèrement endommagé.

1er mai 1939, ouverture par Air France de la ligne de nuit Paris-Lyon-Marseille.

1er mai 1939, un 'Pou du ciel stabilisé' ou 'P.C.C.C construit par M. Maurice Chenu à Aouste (Drôme) s’est envolé du terrain de Romans pour se rendre sur l'aérodrome de Bron pour subir les tests (4 heures d'épreuves) en vue de l'homologation C.N.R.A

 

8 juin 1939, une journée dont se souviendra le sergent-chef Perinel de la 1ière escadrille du Groupe 1/55 basé à Bron. En fin de matinée, il pilote le bimoteur Bloch 131, n°2, lorsqu’après le décollage, les deux moteurs de l’appareil s’arrêtent l’un après l’autre, par suite d’une panne d’alimentation. L’avion se pose en catastrophe et s’écrase contre un mur après avoir écorné une maison, sur la commune de Bron. L’appareil est sérieusement endommagé, mais l’équipage est indemne. En cours d’après-midi, il pilote le bimoteur Bloch 131, n°5, lorsque par suite d’un incident technique, il heurte une ligne électrique à haute tension, et se pose train rentré dans un champ sur la commune de Vaulx en Velin.

 

8 juin 1939, le Potez 36/13 n°3203, immatriculé F-AMEI, appartenant à l’Aéroclub de l’Ain, est accidenté sur le terrain des Vennes à Bourg en Bresse (Ain).

 

23 juillet 1939, le Modèle-Air-Club Forézien a organisé sur son terrain de Prétieux (Loire) un concours de modèles réduits au cours duquel plusieurs coupes ont été remises.

 

27 août 1939, devant la dégradation de la situation internationale, les 35 et 55ème Escadres aériennes basées à Bron rejoignent leurs terrains d'opérations.

 

août 1939, M. Guillaume, ingénieur DPE et directeur des cours de l'Aéro-club Populaire de Villefranche sur Saône (Rhône)  a étudié et fait réaliser  par les élèves de son club  une petite soufflerie pour modèles réduits.

 

1er septembre 1939, déclaration de guerre à l'Allemagne et début de la Seconde Guerre mondiale.

 

3 septembre 1939, tout trafic aérien civil et commercial est interdit.

 

 

                 


 



27/10/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 123 autres membres